Hôpital de MSF à Kunduz : le bilan s'alourdit à 30 morts, l'OTAN retarde la parution de son rapport

Un survivant afghan à la frappe américaine sur l'hôpital MSF de Kunduz© Mohammad Ismail Source: Reuters
Un survivant afghan à la frappe américaine sur l'hôpital MSF de Kunduz

Alors que le secrétaire d’Etat à la Défense américain vient d’annoncer le report de la publication du rapport de l’OTAN sur la frappe meurtrière contre un hôpital en Afghanistan, le nouveau bilan s’est alourdit à 30 morts. (Photo pouvant choquer)

Ashton Carter a déclaré lors d’une conférence de presse, que le rapport sur l’attaque américaine du 3 octobre dernier ayant ciblé un hôpital de la ville de Kunduz administré par l’ONG Médecins sans frontières, qui devait être publié dans quelques jours, verra sa parution retardée.

Lire aussi : Des militaires américains forcent l'entrée de l'hôpital de MSF deux semaines après le bombardement

Si le précédent bilan faisait état de 24 morts, le porte-parole de MSF à Kaboul a annoncé que l’attaque avait fait, selon les dernières informations «non définitives», «30 morts, dont dix patients, 13 employés et sept personnes dont les corps ne sont pas identifiables».

L’ONG a réclamé par le biais de sa présidente Joanne Liu une «commission internationale humanitaire» afin d’éclaircir les «soupçons de crime de guerre». Dans une tribune signée dans le New York Times par Jason Cone, représentant de MSF aux États-Unis, celui-ci a rappelé que ce n’était «pas la responsabilité de MSF de prouver que les militaires américains avaient violé les lois de la guerre ou ses propres règles d’engagement. C’est la responsabilité de la partie qui a détruit un hôpital totalement fonctionnel (…) de prouver qu’il ne l’a pas fait».

Lire aussi : Présidente de MSF : Washington ne respecte pas l’accord conclu avec l’ONG sur l’enquête de Kunduz

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales