Afghanistan : doit-on s’attendre à un afflux massif de migrants vers l’Europe ?

Afghanistan : doit-on s’attendre à un afflux massif de migrants vers l’Europe ? Source: RT France
Vidéo
Débat sur RT France entre Hanane Hmad, avocate spécialiste en droit des étrangers, et Pierre Henry, président de France fraternité le 5 septembre.
Suivez RT France surTelegram

Face à la crainte d’un afflux de réfugiés afghans, l'UE veut éviter une nouvelle crise migratoire comparable à celle de 2015. L'avocate en droit des étrangers Hanane Hmad et le président de France fraternité Pierre Henry en ont débattu sur RT France.

La prise de contrôle de l'Afghanistan par les Taliban ravive les questions autour d'un éventuel afflux migratoire venu du pays d'Asie centrale, comparable à la crise des migrants syriens en 2015.

Au cours d'un débat sur RT France le 5 septembre, le président de l'association France fraternité Pierre Henry a tout d'abord relativisé le risque d'une arrivée massive de migrants fuyant l'Afghanistan vers l'Union européenne : «Comme toujours dans tous les conflits ou les catastrophes naturelles, les gens migrent d'abord vers les pays limitrophes. C'est d'abord en Turquie, en Iran, au Pakistan que les migrants et réfugiés afghans se trouvent. Il n'y aucune autre raison pour qu'il en soit autrement maintenant. En 2017, 2018, 2019, le nombre d'Afghans qui ont déposé une demande d'asile dans l'Union européenne ne dépassait pas les 60 000. Il est donc prématuré de parler de crise migratoire.»

Chaque pays doit trouver une solution

Egalement invitée sur RT France, l'avocate spécialiste en droit des étrangers Hanane Hmad a confirmé qu'il «n'y a pas encore de flux migratoire important d'Afghanistan vers l'Europe». Mais selon elle, la question va finir par se poser. Or tous les migrants afghans n'ont pas forcément droit à l'asile, «puisque l'on étudie au cas par cas», a-t-elle expliqué. «L'Ofpra étudie les demandes d'asile selon les situations des personnes. Les Afghans sont actuellement les premiers demandeurs d'asile en France et 90% de ces demandes aboutissent», a développé Hanane Hmad.

Pour ceux qui sont déboutés et se retrouvent en situation irrégulière, «c'est là que chaque pays doit trouver une solution» qui fonctionne de manière commune à l'échelle de l'UE, estime l'avocate. Il s'agit d'éviter un effet «shopping», c'est-à-dire le phénomène qui pousse des immigrés à demander l'asile dans «un pays qui va être plus favorable» et se retrouvera à devoir gérer un afflux plus importants que ses voisins.

Pierre Henry rappelle par ailleurs que la Turquie, qui construit en ce moment un mur à sa frontière avec l'Iran, a été lors de la crise migratoire de 2015 l'un des principaux pays d'accueil «avec 4 millions de réfugiés syriens».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»