Moscou dément des allégations du Guardian à propos de la présidentielle américaine de 2016

Moscou dément des allégations du Guardian à propos de la présidentielle américaine de 2016© Pavel BEDNYAKOV Source: Sputnik
Dmitri Peskov lors d'une conférence de presse à Moscou, le 12 décembre 2020 (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Le porte-parole du Kremlin a déclaré que le récent article du journal britannique The Guardian accusant la Russie d'avoir cherché à favoriser l'élection de Trump, était une tentative de «diabolisation» s'inscrivant dans une «rhétorique russophobe».

Le 15 juillet, le porte-parole du Kremlin a répondu à un article publié le même jour par le journal britannique The Guardian accusant les dirigeants russes d'avoir mise en place en 2016 une stratégie dans le but d'aider Donald Trump dans sa course à la Maison Blanche. Dmitri Peskov a déclaré que ces informations étaient fabriquées et qu'elles n'avaient «aucun sens», tout en estimant qu'il s'agissait d'une tentative de «diabolisation» s'inscrivant dans une «rhétorique russophobe».

The Guardian évoque un «complot de Poutine» visant à faire élire Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

Je ne sais pas si le journal essaie de renforcer sa popularité de cette façon ou s’il développe sa rhétorique russophobe enragée

Selon le quotidien londonien, le président russe aurait personnellement autorisé, lors d'une réunion de janvier 2016, une agence d'espionnage chargée de mener des opérations visant à soutenir le candidat républicain lors de l'élection américaine qui se tenait la même année. Des accusations qui se baseraient sur une fuite de documents émanant du Kremlin.

Une «fabrication» qui «n’a aucun sens», selon Dmitri Peskov

Interrogé au sujet de l'article en question, Dmitri Peskov a déclaré qu'il s'agissait d'une «fabrication» qui «n’a aucun sens» et qui «ne peut correspondre à la réalité». «Je ne sais pas si le journal essaie de renforcer sa popularité de cette façon ou s’il développe sa rhétorique russophobe enragée», s'est interrogé le diplomate russe.

A la question lui demandant ce qui pouvait motiver le Guardian à publier de tels articles, Dmitri Peskov a répondu en ces termes : «Soit il s’agit d’une nouvelle tentative de diaboliser la Russie et Poutine – ce que le Guardian aime parfois faire – soit il s’agit d’une tentative désespérée d’attirer de nouveaux lecteurs en publiant des histoires fictives.»

Les accusations de collusion avec la Russie ont émaillé le mandat de Donald Trump. Le 22 mars 2019, au bout de deux années d’enquête et près de 3 000 réquisitions et les auditions de plusieurs centaines de témoins, le rapport du procureur spécial Robert Mueller concluait néanmoins qu’aucun élément ne permettait d’étayer une collusion entre l'équipe du milliardaire américain et Moscou lors de la campagne de 2016. Le 9 avril 2019, le président russe Vladimir Poutine avait déclaré lors du Forum international de l'Arctique que cette enquête était «une absurdité totale surtout destinée à l'opinion publique américaine et utilisée dans l'affrontement politique [entre démocrates et républicains].» «La montagne a accouché d'une souris», avait-il encore ironisé.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»