Italie : le Mouvement 5 Etoiles évite la scission de peu

Italie : le Mouvement 5 Etoiles évite la scission de peu© Francisco SECO / AFP / Max ROSSI / Reuters
A gauche, l'ancien président du Conseil italien Giuseppe Conte, et à droite Beppe Grillo, fondateur et garant du Mouvement 5 Etoiles.
Suivez RT France surTelegram

Le duel qui opposait Giuseppe Conte à Beppe Grillo vient de connaître son épilogue avec un accord qui répartit les prérogatives de chacun à l'avantage de l'ancien président du Conseil italien tandis que l'influence de Beppe Grillo est amoindrie.

Le duel au sommet du Mouvement 5 Etoiles entre son fondateur et garant et l’ancien président du Conseil italien semble connaître un dénouement heureux, dans la mesure où un accord a été trouvé le 11 juillet, évitant la scission de justesse.

La fin du mois de juin a connu des tensions sans cesse exacerbées au sein du Mouvement 5 Etoiles (abrégé en M5S en italien), sur fond de refondation du mouvement sous l’égide de Giuseppe Conte qui s'était ensuite opposé à Beppe Grillo qui lui avait pourtant donné mandat pour rénover le M5S. La répartition des rôles entre les deux figures pentastellaires se heurtait aux velléités de chacune de mettre l’autre sous sa tutelle, sans compter la détérioration des relations personnelles entre les deux hommes.

L’ancien président du Conseil italien en était d'ailleurs venu à caresser l’idée de quitter le Mouvement 5 Etoiles pour fonder son propre parti afin que ses propositions de restructuration ne restent pas lettre morte. Le prédécesseur de Mario Draghi souhaitait en effet que le mouvement grilliniste devienne une entité dotée d’instances locales et de règles claires, sans compter une délimitation des prérogatives de garant remplies par Beppe Grillo, jusqu’alors restées floues. Autant de pistes rejetées par le comique italien qui reprochait à Giuseppe Conte d’être incapable de comprendre ce qu’était le mouvement qu’il avait fondé en 2009.

Beppe, la vérité, c’est que tu as détruit le projet

Beppe Grillo a cependant rétropédalé le 28 juin selon le Corriere della Sera en lâchant du lest à Giuseppe Conte en lui laissant notamment la possibilité de choisir les vice-présidents pentastellaires lors d’une discussion téléphonique. Une proposition à laquelle Giuseppe Conte aurait rappelé qu’en sa qualité d’éventuel futur président, il était naturel qu’un tel choix lui revienne, renvoyant son interlocuteur dans les cordes en ajoutant : «Beppe, la vérité, c’est que tu as détruit le projet.»

Le point de non-rupture semblait alors être atteint, tandis que Giuseppe Conte se plaignait de ne pas avoir les coudées franches entre autres boulets rouges tirés entre les deux camps. Le 7 juillet, Luigi di Maio, ministre 5 Etoiles des Affaires étrangères qui a fait office de médiateur, a fait part des difficultés à sortir le M5S de l’impasse : «Je crois fortement au dialogue et à la médiation. Et pour chercher une synthèse un dur labeur est nécessaire. […] La situation n’est pas simple, pour cela nous donneront le maximum pour le bien du Mouvement.»

Le travail de médiation du ministre italien s’effectuait dans le cadre d’une commission de pentastellaires chargée de concilier les volontés de chacune des parties de la même manière qu’un congrès de parti politique chercherait la synthèse de différentes motions ou courants en vue d’élaborer une doctrine homogène. Pressé par le calendrier électoral alors que des élections administratives italiennes approchent [équivalent des élections municipales], un rien semblait toutefois menacer de faire voler en éclat les 5 Etoiles qui devaient également gérer les pressions de ses adhérents.

Un accord conclu sur le fil du rasoir grâce aux renonciations de Beppe Grillo

Le 8 juillet, un accord semblait toutefois en passe d’être conclu, comme l’a rapporté le Corriere della Sera en citant Luigi di Maio : «Nous sommes dans la dernière ligne droite.» Des fuites ont alors laissé entendre que la répartition des prérogatives entre Giuseppe Conte et Beppe Grillo ont pour la plupart été réglées au profit du premier qui bénéficierait du statut de président du Mouvement 5 Etoiles. Certaines d’entre elles semblaient également vouloir perturber la conciliation en évoquant une conversation téléphonique de deux minutes entre les deux hommes, conversation que le M5S a dû démentir en condamnant la volonté de «déstabiliser» issues de ces rumeurs.

C’est enfin le 11 juillet que Luigi di Maio a annoncé sur son compte Twitter que l’accord était enfin conclu : «Nous avons toujours cru dans le dialogue et dans la médiation au lieu de l’affrontement et de la polémique. Giuseppe Conte et Beppe Grillo se sont tout juste accordés à lancer le nouveau cours du Mouvement 5 Etoiles. Merci aux six amis avec lesquels nous avons travaillés pour remplir cet objectif.» Un message conjoint des deux hommes publié sur le compte Facebook du mouvement le 11 juillet s’est d’ailleurs félicité que «le mouvement se dote d’instruments nouveaux et efficaces projetant jusqu’en 2050 ses valeurs identitaires et sa vocation novatrice».

L’accord est clair : «Le président du Mouvement est l’unique titulaire et responsable de la détermination et de la mise en œuvre de l’orientation politique.» Beppe Grillo aurait ainsi renoncé à ces prétentions, en particulier les nominations des cadres et la communication du mouvement. Le comique verra de même son influence fortement amoindrie sur les parlementaires, mettant fin à toute perspective d’exécutif bicéphale comme il le souhaitait auparavant, sans doute pour préserver le mouvement de la scission.

Giuseppe Conte s’est ainsi satisfait du résultat des tractations sur son compte Facebook en estimant qu’à présent «toutes les conditions [étaient] là pour repartir et relancer le Mouvement 5 Etoiles : pleine capacité politique du président du Mouvement, nette distinction des rôles de garantie et rôles d’action politique, grand enthousiasme et clair soutien au projet politique.»

D'autres personnalités du M5S se sont félicitées de la tournure favorable des événements comme Laura Castelli, vice-ministre de l'Economie et des Finances, qui s'est aussi exprimé sur son compte Facebook le 11 juillet : «C'est un jour important pour nous tous. La plus grande force du Mouvement a toujours été celle d'évoluer et de tirer parti des expériences pour croître et affronter sans cesse de nouveaux défis.» 

Le Mouvement 5 Etoiles devrait ensuite procéder à l’élection de son président, qui sera certainement Giuseppe Conte, jusqu’alors considéré comme leader, un rôle qui ne se substituait pas à celui de chef politique rempli précédemment par Luigi di Maio puis par l’intérim du sénateur Vito Crimi depuis janvier 2020. Les investitures en vue des élections administratives prévues à la rentrée devrait aussi être sereinement étudiées à présent que la question de la refondation du mouvement semble être réglée. Après avoir tourné le dos à ses fondamentaux comme l'euroscepticisme et les «Vaffa day» qui ont fait son succès, le mouvement antisystème semble fin prêt à emprunter la voie «modérée» tant voulue par Giuseppe Conte.

Fabrizio Tribuzio-Bugatti

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»