Un hôpital de campagne en Syrie aurait été touché par une frappe aérienne russe

Un hôpital de campagne en Syrie aurait été touché par une frappe aérienne russe© Mikhail Voskrésensky Source: RIA NOVOSTI
Des maison détruites en Syrie

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) basé à Londres a fait savoir à l’AFP que 13 personnes étaient décédées lors d’un raid contre un hôpital de campagne syrien. Une information que n’ont confirmée ni Damas ni Moscou.

«Treize personnes ont été tuées mardi par par un raid aérien russe qui a touché un hôpital de campagne dans la localité de Sarmine, notamment un physiothérapeute, un gardien et un membre de la Défense civile», a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Ni la Russie, ni la Syrie n’ont fait aucun commentaire sur ces accusations et n’ont pas confirmé ces informations pour le moment.

Selon le ministère russe de la Défense, un bombardier SU-34 a vraiment effectué une frappe aérienne près de la localité de Sarmine. Il a aussi précisé qu’il ne s’agissait pas d’une frappe contre un hôpital, mais contre une rencontre de responsables terroristes. «Le 19 octobre, les interceptions par écoute ont reçu des informations sur une rencontre planifiée dans la localité de Sarmine, dans la province d’Idleb. Après vérifications supplémentaires de ces informations par d’autres sources, la détermination de l’heure et du lieu de la rencontre, décision a été prise d’effectuer une frappe contre le lieu où devait se tenir la réunion des chefs des combattants», a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense Igor Konachenkov.

La réunion a eu lieu dans le sous-sol d’un bâtiment abandonné. D’après le ministère russe de la Défense, neuf voitures équipées de mitrailleuses de gros calibre ont été repérées sur place. Les forces russes avaient surveillé cet emplacement à l’aide de drones avant d’effectuer leur frappe. Selon le ministère russe, l’objet été détruit.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme, qui a diffusé cette information, a été fondé en Grande-Bretagne par un Syrien, Rami Abdel Rahmane (Oussama Ali Suleiman, de son vrai nom) qui est, en fait, le seul représentant de l’ONG. Même si ce dernier affirme que l’OSDH se réfère aux informations fournies par plus de 200 contacts en Syrie, faute de preuves, ces accusations ne peuvent pas être confirmées. D'ailleurs, l’ONG a été prise en défaut à plusieurs reprises ayant fourni de fausses informations.

En savoir plus : Qui se trouve derrière les sources accusant la Russie de frapper l'opposition en Syrie?

C’est ce qu’a déclaré aujourd’hui la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, lors d’une conférence de presse. Elle a aussi commenté les informations sur la mort présumée de trois Russes en Syrie et les a qualifiées de «canular». La responsable a indiqué que «l’Observatoire syrien des droits de l’homme était au centre de ces fausses informations».

En savoir plus : Les frappes russes en Syrie font des victimes... des accusations sans preuves ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»