Des drones tueurs autonomes auraient traqué des rebelles libyens en 2020, selon un rapport de l'ONU

Des drones tueurs autonomes auraient traqué des rebelles libyens en 2020, selon un rapport de l'ONU© REUTERS / Goran Tomasevic
Un combattant des forces libyennes utilise un drone à Syrte, en Libye, le 26 juillet 2016 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Selon un rapport d'un groupe d'experts du Conseil de sécurité de l'ONU, des robots de fabrication turque auraient attaqué de manière autonome des rebelles libyens en mars 2020, ce qui constituerait une première mondiale.

Un rapport de l'ONU a révélé que des drones autonomes armés d'engins explosifs avaient «traqué» en Libye des combattants rebelles en fuite en 2020. Il s'agirait de la première attaque de machines autonomes contre l'homme de l'histoire. Le document date du 8 mars 2021, mais son contenu n'a été relevé dans les médias que depuis mi-mai.

Selon ce rapport rédigé par le Groupe d’experts sur la Libye du Conseil de sécurité de l'ONU, des rebelles de l'armée nationale libyenne dirigés par le commandant Khalifa Haftar battaient en retraite en mars 2020, à la suite d'un assaut infructueux contre la capitale Tripoli, lorsqu'ils ont été «traqués» par des drones sans pilote ainsi que par des «systèmes d'armes autonomes létales».

Réellement en mode d’autoguidage automatique

«Les convois de logistique et les unités des forces affiliées à Haftar qui battaient en retraite ont été pourchassés et pris à partie à distance par des drones de combat ou des systèmes d’armes létaux autonomes tels que le Kargu-2 de STM et d’autres munitions rôdeuses», explique le rapport.

Ces drones peuvent être programmés pour rechercher et attaquer des cibles, et exécuter ces instructions même si la communication avec le poste de contrôle est interrompue. «Sans qu’il soit besoin d’établir une connexion des données entre l’opérateur et la munition», précise ainsi le document du groupe d'experts, qui insiste sur le fait que les drones «étaient réellement en mode d’autoguidage automatique».

Les rebelles «n’étaient ni entraînés ni prêts à se défendre contre une utilisation efficace de cette nouvelle technologie et se sont retirés dans le désarroi», a expliqué le rapport onusien. Pendant leur retraite, «ils ont été continuellement harcelés» par ces robots tueurs.

Des engins fournis par la Turquie

Ces drones sont des engins de type quadricoptère équipés de caméras et transportant de petits engins explosifs. Laissés libres sur une zone définie pour opérer, ils identifient leurs cibles depuis les airs et plongent pour se faire exploser lors de l'impact. Les engins identifiés en Libye étaient des STM Kargu-2, déployés sur le champ de bataille libyen par les forces turques alliées au gouvernement d'union nationale soutenu par l’ONU et basé à Tripoli.

«L’introduction par la Turquie de technologie militaire avancée dans le conflit a été un élément décisif dans la guerre d’usure souvent clandestine et certainement inégale qui a entraîné la défaite des forces affiliées à Haftar dans l’ouest libyen en 2020», a noté le rapport de l'ONU, qui ajoute que son déploiement viole une résolution de 2011 du Conseil de sécurité des Nations unies interdisant aux Etats membres de s'engager dans «la fourniture, la vente ou le transfert directs ou indirects d'armes» au pays.

Les systèmes actuels basés sur l'apprentissage automatique ne peuvent pas distinguer efficacement un agriculteur d'un soldat

Le passage aux armes autonomes est prédit par les analystes militaires depuis quelques années, alors que les appels à interdire ces dispositifs se multiplient, notamment à travers la «Campaign to Stop Killer Robots», une coalition d'organisations pacifistes, de scientifiques, d'universitaires et de politiciens, qui fait pression sur l'ONU pour qu'une interdiction internationale soit adoptée.

«Les systèmes actuels basés sur l'apprentissage automatique ne peuvent pas distinguer efficacement un agriculteur d'un soldat», a prévenu l'analyste Zachary Kallenborn dans The Bulletin of the Atomic Scientists le 20 mai. «Des agriculteurs peuvent tenir un fusil pour défendre leur terre, tandis que des soldats peuvent utiliser un râteau pour renverser une tourelle de canon... Divers facteurs peuvent empêcher le drone de prendre une décision précise», a-t-il expliqué.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»