Bush et Blair se sont entendus sur la guerre en Irak un an avant le début de l'invasion

Tony Blair et George W. Bush Source: Reuters
Tony Blair et George W. Bush

Le Daily Mail a publié une note de la Maison Blanche qui révèle que Tony Blair, qui se prononçait publiquement pour la solution diplomatique en Irak, soutenait l’action militaire américaine, un an avant de solliciter le vote du Parlement britannique.

Le document fait preuve du contraste entre la position publique de Blair au début de 2002, quand il indiquait à l’opinion britannique qu’il ne comptait pas s’engager militairement, tandis que les commentaires américains estimaient en privé que le Premier ministre britannique allait «suivre notre exemple».

«En ce qui concerne l’Irak, M. Blair sera avec nous si l’opération militaire est nécessaire. Il est convaincu sur deux points : la menace est réelle et le succès contre Saddam assurera une réussite régionale», lit-on sur ce document de la Maison Blanche à destination de l’ancien président George Bush.

La lettre, écrite par l’ancien secrétaire d’Etat américain Colin Powell datée de mars 2002 indique que Blair présenterait à Bush «des liens d’affaire stratégiques, tactiques et publiques qui d’après lui, renforceront le soutien de l’opinion à notre cause commune».

La note ajoute que Blair disposait des compétences pour «rendre crédible les menaces actuelles de l’Irak à la paix internationale».

La lettre reçue par le Daily Mail, a été rédigée avant le sommet Crawford entre Bush et Blair, qui a toujours nié que les deux pays étaient sur le chemin irrésistible vers la guerre à ce moment-là. Cependant, les journaux de l’époque ont souvent rapporté que Blair jugeait inévitable le déclenchement de la guerre en Irak.

Néanmoins, à ce stade, Tony Blair insistait sur la nécessité de considérer toutes les options au conflit irakien. Il assurait également à ses électeurs qu'il n'approuvait pas une éventuelle opération militaire dans la région.

Tous les documents du gouvernement américain portant sur les discussions entre George W. Bush et Tony Blair avaient été placés dans la bibliothèque présidentielle. Or en 2014, ils sont entrés dans le domaine d'application de la loi de la liberté d'information, obligeant dès lors le gouvernement américain à les rendre publics.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales