La Russie dément toute implication dans la cyberattaque qui a paralysé des oléoducs américains

- Avec AFP

La Russie dément toute implication dans la cyberattaque qui a paralysé des oléoducs américains© MATTHEW LEWIS Source: Reuters
Des réservoirs de pétrole appartenant à la société Colonial Pipeline à Woodbridge dans le New Jersey aux Etats-Unis le 10 mai 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La Russie a réfuté toute implication dans la cyberattaque qui a paralysé le réseau d'oléoducs de la société Colonial Pipeline aux Etats-Unis. L'entreprise rouvre progressivement son réseau et espère rétablir toutes ses activités en fin de semaine.

L'ambassade de Russie aux Etats-Unis a démenti ce 11 mai toute implication de Moscou dans l'attaque informatique qui a paralysé Colonial Pipeline, l'un des plus grands opérateurs d'oléoducs américains, que le président Joe Biden a imputé à un groupe criminel basé en Russie.

Si Joe Biden n'a pas directement accusé le Kremlin d'être à l'origine de cette attaque, en affirmant ne pas avoir de preuve d'une implication étatique «à ce stade», il a assuré que puisque le groupe se trouve en Russie, les autorités russes «ont une certaine responsabilité.»

La diplomatie russe a répondu aux accusations de Joe Biden par la voix de son ambassade aux Etats-Unis. «La Russie ne mène pas d'activités [malveillantes] dans le cyberespace», a-t-elle déclaré sur sa page Facebook, en dénonçant au passage les «affabulations sans fondements de certains journalistes» qui ont également accusé Moscou. «La Russie a toujours plaidé pour un dialogue professionnel avec les Etats-Unis sur les questions de sécurité informatique internationale», a poursuivi l'ambassade.

Une attaque imputée au groupe Darkside, qui réclame des rançons sous peine de divulguer les données volées

Joe Biden a imputé cette attaque au groupe Darkside. Apparu l'an dernier, le groupe est spécialisé dans les attaques au rançongiciel contre les moyennes et les grandes entreprises. Il vise les infrastructures informatiques de ses cibles à qui il réclame des centaines de milliers, voire des millions de dollars pour débloquer leurs systèmes. Ce groupe dérobe au passage des données confidentielles à ses victimes et menace de les rendre publiques si la rançon n'est pas versée.

Pour protéger ses infrastructures à la suite de cette attaque, Colonial Pipeline avait interrompu le 7 mai toutes ses opérations en faisant peser un risque sur l'approvisionnement en pétrole du nord-est des Etats-Unis. La situation reste «fluctuante», a écrit le 10 mai l'entreprise, qui rouvre son réseau «par phase» avec pour objectif de rétablir l'essentiel de ses activités d'ici la fin de la semaine. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»