Brandon Bryant a reçu le prix de lanceur d’alerte 2015… Les USA, rancuniers comme d’habitude ?

Les sculptures des lanceurs d'alerte Edward Snowden, Julian Assange et Chelsea Manning Source: Reuters
Les sculptures des lanceurs d'alerte Edward Snowden, Julian Assange et Chelsea Manning

L’ex-opérateur de drones Brandon Bryant a reçu en Allemagne «le prix du lanceur d’alerte» et est devenu un de ceux à avoir révélé des actions douteuses commises par les Etats-Unis. Washington, en retour, est connu pour ses représailles envers eux.

Le prix a été attribué au lanceur d’alerte américain pour les révélations faites sur le programme militaire sur lequel il travaillait. A la suite de la cérémonie, dans une interview à RT, il a affirmé que les responsables qui donnent l’ordre de tuer ne différencient pas les cibles.

«Ils assassineront le plus grand nombre de gens possible pour obtenir des résultats», a avoué le lanceur d’alerte. La technologie est faite de telle sorte qu’il est aisé de dissimuler des choses, et «c’est grave».

Il s’avère, selon ses informations, que la base aérienne de Ramstein en Allemagne transfère les données entre les opérateurs de drones américains au cours de leurs missions au Moyen-Orient, en Afghanistan et en Afrique. Plus tôt, Brandon Bryant a livré les détails de son travail dans une autre interview à RT. Il a fait savoir que les opérateurs tuaient des gens dont ils ne savaient pas s’ils étaient des ennemis ou pas. «A l’intérieur du programme tout était pourri», a-il-confié.

En savoir plus : «Roulette russe» : Des civils chargés de choisir les cibles des drones américains

Il a même parlé à une femme, dont le mari et le frère ont péri dans un raid aérien. Sa question était : «Pourquoi mon mari et mon frère ont péri s’ils n’étaient pas de mauvaises personnes ?». Il n’avait pas de réponse à lui donner. Il ne savait pas. «Ils doivent le savoir», est-il sûr. Et pour prévenir de telles erreurs, Brandon Bryant continue de faire tout son possible.

Les Etats-Unis et leurs mesures répressives contre les lanceurs d’alerte

Parmi les précédents lauréats du «prix du lanceur d’alerte», on retrouve bien évidemment Edward Snowden, qui a demandé l’asile à la Russie après avoir révélé le programme d’espionnage de la NSA, et Chelsea Manning, qui a reçu le prix pour avoir divulgué des documents sur la guerre en Irak. Ce qui lui a coûté 35 ans de prison. Ils sont, probablement, les figures les plus connues parmi ceux qui se sont dressés contre le gouvernement américain.

Mais sept autres lanceurs d’alerte ont été accusés d’espionnage aux Etats-Unis – ce que certains ont baptisé de «guerre» de Barack Obama contre les lanceurs d’alerte. Ils ont reçu un nombre total de 751 mois de prison. Et leurs perspectives ne sont pas si réjouissantes – Barack Obama a gracié moins de prisonniers que tout président américain depuis le 19ème siècle.

Obama et les lanceurs d'alerte
Obama et les lanceurs d'alerte

Les représailles n’empêchent pas la vérité d’éclater

Malgré tous les risques, cela n’a pas empêché ces personnes de mettre la vérité à jour. Cette semaine, un lanceur d’alerte anonyme a diffusé une information sur l’échec massif d’opérations de drone américaines. Il a déjà été qualifié de «nouveau Snowden». Les soi-disant «Drone Papers» apportent des détails sur les raids aériens américains en Afghanistan, en Somalie et au Yémen, qui ont fait la lumière sur quelques informations sensibles que Washington voulait tenir secrètes.

RT a questionné le ministère américain de la Défense sur les documents diffusés… Mais celui-ci a répondu en disant qu’il ne commentait pas les détails des rapports secrets.

«Le temps d’ouvrir les yeux»

Pour l’ex-agente du service de reconnaissance britannique MI5, Annie Machon, les lanceurs d’alerte rendent service non seulement aux Américains «en les mettant en garde contre ce que leur gouvernement fait», mais aussi pour renseigner le monde sur ce qui va mal.

«Une fois informés, nous avons une chance de répondre, de lutter pour la justice. Il est temps pour les Américains et les Britanniques d’ouvrir les yeux», estime Machon.

D’après elle, cela exige que quelques esprits courageux se dressent, en dépit du risque d’années d’emprisonnement, pour confirmer ce que les gens suspectaient depuis des années et éveiller les consciences. «Ce nouveau lanceur d’alerte connait les risques, mais pense toujours qu’il est beaucoup plus important de partager ce qu’il sait», a souligné l’ex-agent du MI5.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales