Donbass : Kiev lance une nouvelle offensive contre Donetsk (VIDEO)

L’armée ukrainienne a lancé une attaque importante contre les territoires appartenant aux insurgés à l'est de l'Ukraine , a annoncé un conseiller du président Petro Porochenko. Les milices locales accusent Kiev de rompre le cessez-le-feu.

Selon Yury Biryukov, conseiller du président ukrainien Petro Porochenko, l’ordre de lancer une vaste offensive a été donné samedi vers six heures du matin. « Aujourd’hui, nous montrerons à quel point nous sommes bons pour taper dans les dents », pouvait-on lire sur sa page Facebook. Il a ajouté dans un autre post : « Ils reçoivent maintenant un totchka. Uuu… » [ndlr : en russe, totchka veut dire « point » mais le totchka-u est aussi un missile balistique tactique, l’une des armes les plus puissantes utilisées par Kiev contre les forces rebelles].
« Ce n’était pas un vrai point mais une ellipse. Des fortes explosions », a-t-il encore écrit.


Des observateurs sur le terrain confirment une forte escalade des combats sur la ligne de front, avec notamment l’utilisation de l’artillerie lourde à Gorlovka. « Les habitants de Donetsk disent qu’ils n’ont pas entendu de bombardements aussi intensifs depuis l’été dernier », a confié Valentin Motuzenko, responsable militaire de la République populaire autoproclamée de Donetsk, à l’agence Interfax. « Les militaires ukrainiens utilisent tous les types d’armes, des lance-roquettes multiples Grad et des mortiers », a-t-il ajouté.
Sur place, une source a confié à RT qu’un groupe d’observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avait demandé aux militaires ukrainiens d’arrêter les bombardements. Cette source a ajouté qu’il était possible que le groupe lui-même puisse se trouver sous le feu d’artillerie lourde.

Les destructions à Donetsk le 18 janvier 2015. (AFP Photo / Aleksander Gayuk)Source: AFP
Les destructions à Donetsk le 18 janvier 2015. (AFP Photo / Aleksander Gayuk)


Aleksandr Zakhartchenko, qui a été élu Premier-ministre de la République populaire de Donetsk en novembre, a accusé Kiev d’avoir utilisé le cessez-le-feu pour rassembler ses forces, renforcer son armement afin d’essayer maintenant de reprendre le combat.
« Il est clair que Kiev tente de prendre sa revanche après la sérieuse défaite militaire que lui a infligée la milice l’an dernier », a souligné le Premier-ministre. «Kiev n’a jamais tenu compte de nos nombreuses propositions pour retirer toutes les armes lourdes de la ligne de front ».


« Nous savons que pour le moment cinq civils ont été tués », a précisé l’administration de Donetsk en ajoutant que le pilonnage de la ville par les forces ukrainiennes se poursuivait.
D’après l’agence RIA Novosti, plusieurs bâtiments résidentiels, un magasin et un arrêt de bus ont été sérieusement endommagés par le feu de l’artillerie qui a également fait voler en éclats le pont Putilovsky, situé près de l’aéroport de Donetsk.

Des rapports font également mention d’attaques contre la ville de Makiivka et de plusieurs villages alentours.
Les insurgés ont ajouté qu’au moins un obus avait touché une zone résidentielle du centre de Donetsk plutôt que les faubourgs de la ville.
D’après le service de presse de la République populaire de Donetsk, deux personnes ont perdu la vie, 16 ont été blessées par l’explosion d’un obus à un arrêt de bus dans la ville de Gorlovka. Plusieurs bâtiments de la ville ont aussi été touchés par des obus, dont 4 écoles secondaires et une école maternelle, toujours selon le service de presse.
Des témoins affirment que Kiev a effectué des raids aériens, des bombardiers Sukhoï Su-24 ayant été aperçus au-dessus de Gorlovka.
Le ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Donetsk en a appelé à la communauté internationale pour signaler l’aggravation de la situation dans le sud-est de l’Ukraine et afin de « faire tous les efforts nécessaires pour mettre un terme à ces meurtres de masse commis au cœur de l’Europe ».
« Les habitants de la République souffrent une nouvelle fois des attaques perfides et à grande échelle perpétrées par l’Ukraine » qui a pour but de détruire la population et les infrastructures de la République, a déploré Aleksandr Kofman, ministre des Affaires étrangères de la République, dans un communiqué en précisant que les actions menées par les forces ukrainiennes dans la région de Donetsk « possédaient toutes les caractéristiques de graves crimes de guerre ».
Dmitri Peskov, porte-parole du président russe, a fait savoir que Moscou exprimait sa vive inquiétude concernant les nouveaux bombardements des zones résidentielles de la ville de Donetsk par les forces de Kiev.

Les destructions à Donetsk le 18 janvier 2015. (AFP Photo / Aleksander Gayuk)Source: AFP
Les destructions à Donetsk le 18 janvier 2015. (AFP Photo / Aleksander Gayuk)

Il a aussi souligné que les actions de l’armée ukrainienne ne cherchaient pas du tout à régler le conflit entre Kiev et les régions de l’Est. Le porte-parole a encore expliqué sur la radio Govorit Moskva que « la Russie exprimerait son point de vue. Bien sûr, il comprend d’importantes préoccupations quant à la reprise des combats à Donetsk, dont le bombardement des zones résidentielles. D’autant plus qu’une telle situation ne favorise pas la mise en œuvre de l’accord de Minsk [ndlr : signé le 5 septembre 2014] ni la recherche d’une solution pacifique ».
Cette nouvelle escalade se produit après plusieurs jours d’affrontements violents qui ont eu lieu sur les ruines de l’aéroport de Donetsk, lieu de combats constants entre les troupes de Kiev et les insurgés malgré la signature du cessez-le-feu.
Les séparatistes qui ont accusé l’armée ukrainienne d’avoir lancé des attaques constantes sur l’aéroport de Donetsk, ont annoncé qu’ils avaient réussi à le reprendre. Une information démentie par Kiev. Mais le Conseil ukrainien de sécurité nationale et de défense a confirmé la reprise des hostilités et expliqué que le but de Kiev était de reprendre l’aéroport.
Kiev a lancé une opération de représailles après que le président Porochenko a ordonné une nouvelle vague de mobilisation au sein des forces armées du pays. Le gouvernement envisage de mener au moins trois campagnes de conscription en 2015 pour soutenir les opérations militaires dans l’Est du pays.


Cette escalade de la violence est intervenue après des incidents controversés à un point de contrôle de l’armée ukrainienne où 12 passagers d’un autobus ont été tués mardi par l’explosion de roquettes. Kiev a accusé les insurgés d’être responsables de ces morts, en expliquant que c’était un lance-roquettes Grad qui était à l’origine des explosions. Les forces de la République de Donetsk ont démenti ces accusations et affirmé que le bus avait été pris pour cible par les troupes ukrainiennes, soit par accident, soit par provocation.
Une équipe d’observateurs de l’OSCE a étudié les impacts près du point de contrôle sans réussir à identifier le type des roquettes utilisées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales