Les forces américaines en Afghanistan auraient été au courant qu’il y avait un hôpital à Kunduz

© Mohammad Ismail Source: Reuters

Les Etats-Unis auraient ciblé délibérément l’hôpital de MSF à Kunduz lors de la frappe qui a tué 22 patients et membres du personnel, alors qu’ils savaient qu’il s’agissait bien d’un site médical protégé, rapportent des analystes américains.

Des spécialistes américains des opérations spéciales ont examiné l’hôpital de MSF à Kunduz quelques jours avant l’attaque meurtrière du 3 octobre et l’ont qualifié de base pour les opérations d’un agent pakistanais qui coordonnait des activités des Talibans, a confié un ancien responsable du renseignement qui aurait vu les documents.

L’hôpital de MSF a été touché cinq fois en une heure par un avion américain malgré les demandes adressées par MSF aux forces américaines de cesser leurs tirs. Un responsable de MSF a raconté que des rafales répétées avaient frappé l’immeuble principal de l’hôpital qui abritait la salle des urgences et l’unité de soins intensifs. Mais les bâtiments environnant n’ont pas été touchés, a-t-il fait remarquer.

En savoir plus : Kunduz est libre mais les talibans n'ont pas dit leur dernier mot

Ces nouvelles informations laissent donc croire que «l’hôpital a été ciblé délibérément», a écrit Meinie Nicolai, membre du conseil international de MSF, à l’agence AP. «Cela équivaudrait à un massacre prémédité», a-t-elle ajouté.

Selon la source, les informations du renseignement militaire américain indiquent que l’hôpital était utilisé comme un centre de commandement et de contrôle des Talibans. Il servait aussi de dépôt pour les armes lourdes. MSF insiste qu’aucune armes n’était autorisée dans l’hôpital. Même si les militaires américains ont affirmé que les forces américaines et afghanes étaient sous un feu d’artillerie émanant de l’hôpital, des employés de l’hôpital afghan ont confirmé à AP que personne n’avait tiré depuis le bâtiment.

En savoir plus : L’Afghanistan aurait demandé aux Etats-Unis de bombarder l’hôpital de MSF à Kunduz

Pentagone a, pour sa part, refusé de commenter ces informations.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales