Exclue de l'Eurovision, la Biélorussie dénonce une décision «politiquement motivée»

Exclue de l'Eurovision, la Biélorussie dénonce une décision «politiquement motivée»© BelTA/Handout via REUTERS
Maxim Ponomarenko du groupe biélorusse Galasy ZMesta, lors d'un concert à Minsk (Biélorussie), le 5 décembre 2020.
Suivez RT France surTelegram

Minsk a dénoncé une décision «politiquement motivée» après avoir été exclu par les organisateurs de la prochaine édition de l'Eurovision. Ceux-ci ont considéré de leur côté que les propositions de chansons biélorusses portaient un message politique.

La Biélorussie a fustigé son exclusion de la prochaine édition de l'Eurovision, le concours de chant qui se tiendra en mai prochain aux Pays-Bas. Ainsi, Ivan Eïsmont, qui dirige le comité de sélection pour l'Eurovision du Biélorussie, a dénoncé le 27 mars auprès de l'agence Ria Novosti une disqualification «politiquement motivée». «Que l'Europe ait peur d'autoriser une chanson sur scène sur des lapins – c'est une honte finale et absolue», a également déclaré le soir du 26 mars sur Telegram la société biélorusse de radiodiffusion, en référence à la chanson proposée par la Biélorussie recalée par les organisateurs de l'Eurovision, l'Union européenne de Radio-Télévision (UER).

Le groupe choisi pour représenter la Biélorussie, Galasy Zmesta, avait proposé une première chanson intitulée Je vais t'apprendre, provoquant selon l'AFP la colère de l'opposition biélorusse, voyant dans des paroles telles que «je vais t'apprendre à rentrer dans le rang» une référence à la répression de manifestations. Cette première chanson a été rejetée par les organisateurs de l'Eurovision, tout comme la suivante, qui selon l'UER enfreignait les règles de la compétition, qui garantissent que «le concours n'est pas instrumentalisé ou discrédité». Ce second titre, proposé par Galasy Zmesta, traitait d'une fable sur un lapin, des poulets d'élevage et un renard. Si cette chanson n'avait pas de caractère politique explicite, le meneur du groupe a confié ce 27 mars à Ria Novosti que sa signification était «tout à fait évidente».

La Biélorussie a connu un important mouvement de contestation à la suite de la réélection du président biélorusse Alexandre Loukachenko avec environ 80% des voix (contre quelque 10% pour sa principale rivale, Svetlana Tikhanovskaïa). La police a réagi en procédant à des milliers d'arrestations de manifestants, dès les soirs qui ont suivi le scrutin. Des personnes libérées avaient témoigné, notamment à l'AFP, de privation durant leur détention et de violence.  Alexandre Loukachenko avait quant à lui rapidement dénoncé les mobilisations antigouvernementales en évoquant, notamment, «des appels à téléguider» les protestataires depuis l'étranger.

Le 11 février, Alexandre Loukachenko a déclaré que son pays avait «subi une attaque des plus cruelles de l'extérieur» mais que ce «Blitzkrieg» avait échoué. Selon le chef de l'Etat, un projet de nouvelle constitution sera soumis à un référendum en 2022.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»