Migrants en Méditerranée : trois ONG accusées de complicité avec des passeurs libyens

Migrants en Méditerranée : trois ONG accusées de complicité avec des passeurs libyens© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Un membre de Médecins sans frontières à paris, le 30 juin 2020 (photo d'illustration).

Des responsables de Save the children, Médecins sans frontières et Jugend rettet ont fait l'objet d'une enquête de la justice italienne, qui sur la base de vidéos et d'échanges téléphoniques accuse des membres de ces ONG d'avoir aidé des passeurs.

Un rapport publié début mars par les autorités italiennes, relayé par le quotidien suisse Le Temps, accuse des responsables des ONG Save the children, Médecins sans frontières et Jugend rettet d'avoir facilité le trafic de migrants, en communiquant directement avec des trafiquants d'êtres humains pour recueillir les embarcations en Méditerranée.

Une vaste enquête du procureur italien de Trapani Maurizio Agnello – basée sur des vidéos, des messages et des écoutes téléphoniques – conclut que l'ONG Save the children avec le bateau Vos Hestia, Médecins sans frontières avec le Vos Prudence et Jugend rettet avec le Iuventa auraient collaboré avec les passeurs libyens et facilité l’immigration clandestine en Italie. 21 personnes sont accusées au total, entre les membres d'équipages et les responsables d'ONG. La moitié sont des Italiens, les autres sont allemands, espagnols, français, belges et britanniques.

La police italienne s'est notamment basée sur des messages dans un groupe WhatsApp auquel participaient 69 personnes, échangeant parfois des coordonnées GPS pour des rendez-vous avec les bateaux des passeurs. Dans une conversation entre deux employés de Save the children, l’un d’entre eux explique par exemple avoir vu passer «des informations sur des trafiquants» et recommande de les supprimer.

Par ailleurs, la saisie d'ordinateurs et de téléphones lors de la perquisition du Vos Hestia a permis aux enquêteurs d'analyser 12 opérations de sauvetage s'étant déroulées entre mars et octobre 2017. Dans une vidéo du 26 juin 2017, trois hommes en hors-bord, membres de la milice libyenne Dabbashi spécialisée dans le trafic de migrants, précise Le Temps, viennent avertir des représentants de Save the Children à bord du Vos Hestia de l'arrivée imminente d'un navire avec 500 migrants. Le bateau de l'ONG les récupèrera effectivement quelques instants plus tard. Autre exemple cité dans l'enquête : le 18 juin 2017, des passeurs ont assisté aux opérations de sauvetage conduites par le Iuventa de l’ONG Jugend rettet, avant de repartir avec les bateaux utilisés pour transporter les migrants.

Médecins sans frontières, dont un membre est accusé d'avoir refusé de donner l’emplacement d’une embarcation de migrants au centre de coordination italien, a réagi dans un communiqué le 3 mars. L'ONG parle d'une «criminalisation du sauvetage en mer» et d'une «attaque contre le droit d'aider». «MSF a contribué à sauver plus de 81 000 vies en mer en vertu du droit maritime et en coordination avec les garde-côtes italiens et d'autres autorités compétentes», se défendent encore les responsables humanitaires. Même explication de Save the children, qui a répondu au quotidien suisse avoir «toujours agi dans le respect de la loi et du droit international en coopération constante avec le centre de coordination de contrôle de Rome», expliquant avoir pour seul but de «sauver des vies humaines».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»