Grèce : une marche contre les «dérives policières» dégénère à Athènes

Auteur: RT France
Suivez RT France surTelegram

De violents affrontements ont éclaté à Athènes le 9 mars en marge d'une manifestation réunissant plusieurs milliers de personnes contre les violences policières. Un commissariat a été attaqué et trois policier ont été blessés.

Des heurts ont éclaté le 9 mars en marge d'une manifestation réunissant plusieurs milliers de personnes contre «les dérives policières». 

Selon une photographe de l'AFP sur place, les échauffourées ont débuté lorsqu'un groupe d'environ 200 personnes cagoulées s'est dirigé vers le commissariat de Nea Smyrni, une banlieue réputée calme d'Athènes, où un jeune homme a été frappé à coups de matraque dimanche 7 mars par un policier lors d'un contrôle des mesures de confinement. 

Les casseurs ont lancé des pierres et des cocktails Molotov contre le commissariat et les policiers ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau. Une dizaine de poubelles ont été incendiées, obligeant les pompiers à intervenir, a constaté l'AFP. Dans un communiqué, la police a fait état de trois blessés.

Les journalistes et photographes sur place ont également été pris à partie par les manifestants cagoulés, a-t-on constaté. La police a dit avoir arrêté des manifestants en possession de cocktails Molotov et de barres de fer, avant que les heurts ne débutent.  

Des images virales à l'origine du mouvement de protestation 

Le 7 mars, sur la place de Nea Smyrni, à cinq kilomètres du centre-ville d'Athènes, les images d'un jeune homme à terre frappé à coups de matraque par un policier, en présence d'au moins trois autres agents, sont devenues virales. On entend le jeune homme crier : «J'ai mal», tandis que des passants s'indignent du comportement des policiers.

Selon la police, l'incident a commencé quand les forces de l'ordre ont été attaquées par «trente personnes qui ont causé des blessures à deux de [leurs] agents», ce que de nombreux habitants de Nea Smyrni ont démenti. Le parquet a ordonné une enquête préliminaire «pour examiner les actes criminels éventuels perpétrés par des policiers» à Nea Smyrni, selon une source judiciaire. La police a également ouvert une enquête interne sur le policier filmé en train de frapper le jeune homme.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix