Le Venezuela donne 72 heures à l'ambassadrice de l'Union européenne pour quitter le pays

Le Venezuela donne 72 heures à l'ambassadrice de l'Union européenne pour quitter le pays© Manaure Quintero Source: Reuters
Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, s'entretient avec l'ambassadrice de l'Union européenne, Isabel Brilhante Pedrosa, lors d'une réunion au ministère des Affaires étrangères à Caracas (Venezuela), le 24 février 2021.
Suivez RT en français surTelegram

Le gouvernement vénézuélien annonce avoir remis en mains propres une déclaration de persona non grata à l'ambassadrice de l'UE, après de nouvelles sanctions européennes visant le Venezuela. La représentante a 72 heures pour quitter le territoire.

Le Venezuela a décidé le 24 février l'expulsion de l'ambassadrice de l'Union européenne à Caracas, lui donnant 72 heures pour quitter le pays en riposte à une nouvelle salve de sanctions de l'UE, a annoncé le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza. «Aujourd'hui, sur décision du président Nicolas Maduro nous avons remis en mains propres à Mme Isabel Brilhante [...] une déclaration de persona non grata», a fait savoir le ministre à la presse, après une réunion avec la diplomate européenne. «Il lui a été donné un délai de 72 heures pour quitter le territoire vénézuélien», a-t-il ajouté. 

Le Venezuela est irrévocablement libre et indépendant et fonde son patrimoine moral sur ses valeurs de liberté, d'égalité, de justice et de paix internationale

Dans son allocution, Jorge Arreaza a expliqué la position de son pays. «Nous le faisons parce qu'il y a 55 sanctions [contre le Venezuela] comme s'ils avaient une autorité morale [sur notre pays], ce qu'ils n'ont pas et ils ne sont pas légitimes pour imposer une punition», a déclaré le chef de la diplomatie vénézuélienne. «Le Venezuela est irrévocablement libre et indépendant et fonde son patrimoine moral sur ses valeurs de liberté, d'égalité, de justice et de paix internationale dans la doctrine du Libérateur Simon Bolivar», a-t-il encore martelé en référence au héros des indépendances latino-américaines du XIXe siècle, surnommé «el Libertador». Attendue, l'Union européenne a demandé au gouvernement vénézuélien de revenir sur sa décision. 

C'est de l'ingérence, c'est de la partialité, c'est de l'arrogance, [...] Avec quelle autorité pensez-vous pouvoir évaluer, reconnaître ou ignorer les institutions d'autres pays ?

Toujours plus de sanctions 

La veille, le Parlement vénézuélien, dominé par le PSUV, le parti du président Nicolas Maduro, avait demandé au gouvernement d'expulser l'ambassadrice de l'Union européenne en riposte aux nouvelles sanctions de l'UE contre 19 fonctionnaires du pays pour leur rôle dans des actes et décisions portant, selon elle, atteinte à la démocratie et à l'Etat de droit au Venezuela. La décision, validée par les ministres des Affaires étrangères des 27, porte à 55 le nombre total de responsables et hauts fonctionnaires du gouvernement vénézuéliens sanctionnés par l'UE (interdiction de voyager et gel des avoirs sur le territoire de l'Union).

«C'est de l'ingérence, c'est de la partialité, c'est de l'arrogance, [...] Avec quelle autorité pensez-vous pouvoir évaluer, reconnaître ou ignorer les institutions d'autres pays ?» a encore tancé Jorge Arreaza. Une réunion diplomatique était annoncée pour ce 24 février entre le ministre vénézuélien et Isabel Brilhante Pedrosa ainsi qu'avec l'ambassadeur de France, Romain Nadal, et des représentants diplomatiques de l'Allemagne, de l'Espagne et des Pays-Bas.

Ce n'est pas la première fois que la situation s'envenime entre le Venezuela et l'Union européenne. Le 29 juillet, après une précédente salve de sanctions de la part de l'UE, Nicolas Maduro avait déjà déclaré l'ambassadrice persona non grata, lui donnant 72 heures pour quitter le pays. Toutefois, à l'expiration du délai et après un accord, le gouvernement était revenu sur sa décision, tout en demandant à l'UE «des gestes» en échange.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix