Diffusion d'images d'un affrontement mortel entre soldats chinois et indiens dans l'Himalaya

- Avec AFP

Diffusion d'images d'un affrontement mortel entre soldats chinois et indiens dans l'Himalaya© China Daily CDIC Source: Reuters
Vidéo
Soldats chinois sur le l'aéroport de Wuhan Tianhe le 4 février 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La Chine vient de dévoiler une vidéo montrant ce qu'elle décrit comme un affrontement dans l'Himalaya entre ses soldats et l'armée indienne. Pékin annonce avoir perdu quatre de ses hommes dans cet affrontement.

La Chine a diffusé le 19 février une vidéo censée montrer l'affrontement meurtrier entre militaires chinois et indiens en juin 2020 à la frontière himalayenne entre les deux pays, qui avait fait des morts des deux côtés.

Les armes à feu étant prohibées dans la zone, ces combats s'étaient déroulés au corps-à-corps. New Delhi avait fait état à l'époque de 20 morts dans ses rangs, mais Pékin n'avait de son côté pas fourni de bilan chiffré.

Comme le précise l'AFP, c'est donc seulement le 19 février, soit huit mois après l'affrontement, que le ministère chinois de la Défense a fait état de la mort de quatre militaires chinois.

La vidéo diffusée ensuite par la télévision publique CCTV montre ce qu'elle présente comme des soldats indiens franchissant à pied une rivière au milieu des pics enneigés de la chaîne du Karakoram.

Munis de longs bâtons et de boucliers sur lesquels est inscrit le mot «police», ils se dirigent vers les militaires chinois situés de l'autre côté. Ces derniers tentent alors de les bloquer avec leurs corps.

Le reportage de CCTV accuse les Indiens d'avoir franchi la frontière de facto afin de «provoquer» les militaires chinois.

Les images montrent ensuite des groupes de soldats des deux camps se faisant face dans l'obscurité, puis des Chinois soignant au sol un des leurs, dont la tête est recouverte de sang. Les soldats ont été décorés à titre posthume, selon les autorités chinoises.

Un accord interdit les armes à feu dans la zone

Un accord bilatéral interdisant l'usage des armes à feu, les affrontements entre les deux pays le long de leur frontière se déroulent souvent à coups de pierres, de poings ou d'autres objets. 

Cet incident en haute altitude, à la frontière du Tibet et de la région indienne du Ladakh, était le plus grave à opposer les deux géants asiatiques depuis la guerre-éclair de 1962, qui avait vu la Chine l'emporter facilement sur l'Inde.

La Ligne de contrôle effectif («Lign of Actual Control», LAC), frontière de facto entre l'Inde et la Chine, n'est pas clairement démarquée, et les deux pays se sont accusés mutuellement d'avoir empiété sur le territoire de l'autre.

Pékin et New Delhi avaient envoyé dans la région des dizaines de milliers de soldats supplémentaires ainsi que des armes lourdes à la suite de leur affrontement.

Les deux pays ont toutefois conclu début février un accord de «désengagement» mutuel des troupes dans un des secteurs disputés de la frontière.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»