Espagne : quatrième nuit de manifestations violentes après l'incarcération du rappeur Pablo Hasél

Espagne : quatrième nuit de manifestations violentes après l'incarcération du rappeur Pablo Hasél© Albert GEA Source: Reuters
Des manifestants pour la libération de Pablo Hasél devant une barricade en feu à Barcelone, le 19 février 2021.
Suivez RT France surTelegram

Les manifestations violentes contre l'incarcération du rappeur catalan se sont poursuivies à Barcelone pour la quatrième nuit consécutive. Le Premier ministre Pedro Sanchez et la maire de la capitale catalane se sont exprimés sur la situation.

Dans la soirée du 19 février 2021 se sont tenues à Barcelone, pour le quatrième jour consécutif, des manifestations contre l'incarcération de Pablo Hasél, rappeur catalan condamné à une peine de neuf mois de prison ferme pour avoir fustigé la monarchie et fait l'apologie du terrorisme. Des barricades enflammées ont été érigées et des magasins ont été vandalisés dans la capitale catalane. Le Premier ministre Pablo Sanchez et l'édile de Barcelone Ada Colau ont déploré la violence et les dégradations qui caractérisent ces manifestations. 

Un magasin de l'enseigne française Decathlon a été vandalisé et pillé. 

Des manifestants s'en sont également pris à une agence de la banque BBVA.

Quelques heures avant ces événements, le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez s'était exprimé sur les manifestations violentes qui ont lieu dans le pays depuis le 16 février : «La démocratie espagnole protège la liberté de manifestation et d'expression, mais la démocratie ne protégera jamais la violence. C'est le contraire de la démocratie. Le gouvernement souhaite étendre et améliorer la protection de la liberté d'expression, toujours basée sur le dialogue et l'harmonie», avait-il déclaré.

Un avis partagé par la maire de gauche de Barcelone, Ada Colau, qui a considéré sur Twitter que «défendre la liberté d'expression ne justifie en aucun cas de détruire […], d'effrayer les voisins, de nuire aux entreprises touchées par la crise ou d'attaquer les médias». 

Celle-ci avait relayé quelques heures plus tôt une publication affirmant que «l'arrestation de Hasél viole la liberté d'expression et montre un déficit démocratique, comme le soulignent les organisations internationales de défense des droits humains.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»