«Arrogant et décevant» : l'Australie s'offusque du blocage des articles de presse sur Facebook

«Arrogant et décevant» : l'Australie s'offusque du blocage des articles de presse sur Facebook© Dado RUVIC Source: Reuters
Le logo de Facebook face au drapeau australien, le 18 février 2021.
Suivez RT France surTelegram

Le Premier ministre australien a déclaré qu'il ne se «laisserait pas intimider» par la décision de Facebook de bannir les articles de presse, tandis que des tendances comme #DeleteFacebook et #BoycottZuckerberg gagnent en popularité dans le pays.

Ce 18 février, le premier ministre australien Scott Morrison a déclaré dans une publication sur Facebook que son gouvernement ne se «laisserait pas intimider» par la décision, prise la veille par le réseau social d'interdire le partage d'articles et de vidéos d'information en Australie. Une mesure qui a également touché plusieurs services de secours, qualifiée par Scott Morrison d'«arrogante» et «décevante».

Le blocage par Facebook du partage d'articles et de vidéos d'information en Australie fait suite à un projet de loi visant à forcer les grandes plateformes numériques à rémunérer les médias en fonction du trafic que les titres génèrent. Ce 18 février, les utilisateurs australiens ont donc été empêchés de partager des liens d'informations provenant de médias locaux ou internationaux. Les médias australiens, quant à eux, n'avaient plus la possibilité de publier leurs contenus sur des pages Facebook.

Nous ne serons pas intimidés par les BigTech qui cherchent à faire pression sur notre Parlement

Or, comme le rapporte le Huffington Post, ce blocage a également concerné plusieurs services de secours, tels que les pages servant à alerter la population en cas de feu de brousse, de cyclone ou d’épidémie. Facebook a par la suite déclaré qu'il s'agissait d'une erreur et beaucoup de ces pages sont désormais de nouveau en ligne, selon la BBC.

Le Premier ministre australien s'est exprimé sur la situation en ces termes : «Les actions de Facebook visant aujourd'hui à supprimer l'Australie de ses amis, en coupant les services d'information essentiels sur la santé et les services d'urgence, étaient aussi arrogantes que décevantes. [...]. Ces actions ne feront que confirmer les inquiétudes qu'un nombre croissant de pays expriment quant au comportement des entreprises de BigTech qui se croient plus importantes que les gouvernements et que les règles ne devraient pas leur être applicables. Elles changent peut-être le monde, mais cela ne signifie pas qu'elles le dirigent. Nous ne serons pas intimidés par les BigTech qui cherchent à faire pression sur notre Parlement alors qu'il vote notre important code de négociation sur les médias d'information. [...]»

La membre de l'opposition à la Chambres des représentants Madeleine King a partagé le même avis, en s'offusquant que Facebook puisque bloquer l'accès à ces services d'information «au milieu de la saison des feux de brousse». «Incroyable. Inacceptable. L'arrogance», conclut-elle.

La fronde des utilisateurs australiens du plus grand réseau social du monde a par ailleurs pris de l'ampleur sur Twitter. En parallèle à ces messages de la sphère politique, les tendances «#deletefacebook» («supprimez Facebook») «#FacebookWeNeedToTalk» («Facebook, il faut qu'on parle») et «#BoycottZuckerberg» («Boycottez Mark Zuckerberg», le PDG de Facebook) connaissaient un succès grandissant sur Twitter, comme le note MSN. Derrière ces hashtags les internautes critiquent également le trop grand pouvoir acquis par les GAFAM et leur entrave à l'information qui peut s'avérer selon eux dangereuse.



Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»