Tchad : des affrontements entre éleveurs et cultivateurs font 35 morts

- Avec AFP

Tchad : des affrontements entre éleveurs et cultivateurs font 35 morts© PHILIPPE DESMAZES Source: AFP
Des éleveurs tchadiens guident leur bétail. (images d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

35 personnes sont mortes le 15 février au sud du Tchad au cours d'affrontements opposant éleveurs et cultivateurs. Fin novembre, une violente confrontation entre les deux communautés avaient déjà fait 22 victimes.

Au moins 35 personnes ont été tuées, dont un militaire, dans des affrontements entre éleveurs et cultivateurs dans le sud du Tchad, en proie à des conflits meurtriers entre ces communautés selon le secrétaire général de la province, Mara Maad via une déclaration le 17 février à l’AFP.  

Le responsable nigérien relate que des cultivateurs «ont été attaqués par des coupeurs de route. Cette attaque a fait un mort et deux blessés». En représailles, les cultivateurs, qui accusent les éleveurs d'être responsables, «ont attaqué [le 15 février] une zone où vivent les éleveurs » dans la province du Salamat, dans le sud-est du Tchad. Au total, «ces affrontements intercommunautaires ont fait 35 morts dont un militaire».

Des forces de l'ordre ont été déployées dans la province. Le retour au calme est intervenu dans l’après-midi. «Cette fois-ci, ce n'est pas lié à la dévastation d'un champ», a-t-il précisé.

Les violences entre communautés sont fréquentes dans le sud du Tchad, où nombre d'habitants sont armés. Ils opposent principalement éleveurs nomades arabes et cultivateurs autochtones sédentaires, qui accusent les premiers notamment de saccager leurs champs en faisant paître leurs animaux.

Fin novembre, au moins 22 personnes avaient été tuées dans des affrontements entre éleveurs et cultivateurs dans le département de la Kabbia, dans le sud du pays, après la destruction d'un champ par des bœufs. Et entre décembre et début janvier, près de 50 personnes sont mortes au Tchad dans d'autres conflits entre tribus. 

Lors de son allocution du 31 décembre, le président tchadien Idriss Déby Itno s'était dit «affligé» et «consterné» par les affrontements meurtriers survenus dans plusieurs localités ces derniers mois. 

Le sud du Tchad, au climat plus clément et à la végétation plus verte, attire depuis longtemps les éleveurs des zones sahéliennes désertiques du nord et c'est aussi une région de transhumance. Certaines communautés nomades arabes s'y sont installées de longue date et s'opposent aux agriculteurs autochtones dans des conflits fonciers.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»