Irak : un mort dans une attaque à la roquette contre une base abritant des soldats américains

Irak : un mort dans une attaque à la roquette contre une base abritant des soldats américains© Thaier al-Sudani Source: Reuters
Un panache de fumée émane de l'aéroport de la ville irakienne d'Erbil après un tir de roquette, le 15 février 2021.

Dans la soirée du 15 février, un employé civil étranger a été tué et cinq autres blessés, ainsi qu'un soldat américain, par un tir de roquette sur une base aérienne d'Erbil où sont stationnés des soldats de la coalition menée par les Etats-Unis.

L’aéroport d’Erbil, dans le nord de l’Irak, a été visé dans la soirée du 15 février par au moins trois roquettes selon des sources sécuritaires irakiennes et occidentales citées par l’AFP. Ces mêmes sources rapportent en outre que l’une d’entre elle a atteint un complexe militaire où sont basés des soldats de la coalition internationale sous commandement américain. Dans un premier bilan, celle-ci a fait état de la mort d'un employé civil étranger. Cinq autres ont été blessés ainsi qu'un soldat américain. 

Sur une autre vidéo, relayée par la chaîne koweitienne Al-Rai TV, on peut voir une roquette tomber au beau milieu d’un axe routier. 

Le secrétaire d'Etat américain Anthony Blinken a lui appelé à ce qu'une enquête soit diligentée. «Nous sommes indignés par l'attaque aux roquettes d'aujourd'hui dans la région irakienne du Kurdistan [...] J'ai contacté le Premier ministre du gouvernement régional kurde Masrour Barzani pour parler de l'incident et je l'ai assuré de tout notre soutien pour enquêter et demander des comptes aux responsables», a-t-il fait valoir dans une déclaration reprise par l'AFP.

Des installations militaires et diplomatiques occidentales ciblées à plusieurs reprises 

Depuis l’automne 2019, plusieurs installations militaires et diplomatiques occidentales ont été visées par des dizaines de roquettes ainsi que des attaques à la bombe. Ces attaquent étaient alors circonscrites dans la capitale, Bagdad. 

Washington impute régulièrement ces attaques aux factions armées irakiennes pro-Iran. Washington et Téhéran, ennemis jurés, sont à couteaux tirés depuis le retrait unilatéral en 2018 de Washington de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015, et le rétablissement de lourdes sanctions contre l'Iran.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»