L'OMS aidera la Guinée à «circonscrire» la nouvelle épidémie d'Ebola

- Avec AFP

L'OMS aidera la Guinée à «circonscrire» la nouvelle épidémie d'Ebola© Cellou Binani Source: AFP
Un médecin équipé de protections afin de soigner des malades atteints du virus Ebola à Conakry (Guinée), le 28 juin 2014 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Pour aider à la Guinée à faire face à la réapparition de l'épidémie d'Ebola, l'OMS entend déployer rapidement des moyens, dont des doses de vaccins. La dernière épidémie en Afrique de l'Ouest s'était achevée en 2016.

L'Organisation Mondiale de la Santé va «rapidement» envoyer des moyens, dont des doses de vaccins, pour aider la Guinée à faire face à la résurgence de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola. 

«Nous allons déployer rapidement les capacités nécessaires pour appuyer la Guinée, qui a déjà une grande expérience», a déclaré devant la presse le professeur Alfred Georges Ki-Zerbo, le représentant à Conakry de l'OMS, à l'issue d'une réunion avec les autorités sanitaires de ce pays d'où était partie en 2013 la pire épidémie d'Ebola.

«L'arsenal est aujourd'hui plus étendu et nous devons en tirer profit pour pouvoir circonscrire cette situation le plus rapidement possible. L'OMS est alertée à tous les niveaux, au niveau du siège et en lien avec le fabriquant [de vaccins], pour que les doses nécessaires soient mises à disposition le plus rapidement possible pour aider à cette riposte», a-t-il ajouté.

Provoquant une fièvre brutale, des maux de tête, des vomissements et diarrhées, le virus Ebola a été identifié pour la première fois en 1976 au Zaïre, l'actuelle République démocratique du Congo (RDC). 

La Guinée est à nouveau en «situation d'épidémie»

Depuis, ce virus, pour lequel il existe deux vaccins expérimentaux mais aucun traitement curatif, a déjà provoqué une sévère crise sanitaire en Afrique.

Partie en décembre 2013 de Guinée forestière, avant de se propager au Liberia et à la Sierra Leone voisins, l'épidémie en Afrique de l'Ouest s'était achevée en 2016 après avoir atteint 10 pays, dont l'Espagne et les Etats-Unis, provoquant plus de 11 300 morts pour quelque 28 600 cas recensés, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

La Guinée est à nouveau en «situation d'épidémie» de fièvre hémorragique Ebola, après l'apparition ces derniers jours dans le sud-est du pays de sept cas, dont trois mortels, a déclaré à l'issue de cette réunion d'urgence le patron de l'agence sanitaire guinéenne, Sakoba Keïta. 

«La situation par rapport à 2014 est très différente, puisqu'à l'époque, on avait mis trois mois et demi pour le diagnostic alors que cette fois-ci on a mis moins de deux semaines», a-t-il relevé avant d'ajouter :«Sans compter que le vaccin aussi existe et est à portée de main à Genève [le siège de l'OMS]».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix