Après une contamination au Covid, l'immunité s'affaiblirait rapidement selon une étude française

Après une contamination au Covid, l'immunité s'affaiblirait rapidement selon une étude française© ERIC GAILLARD Source: Reuters
Une soignante en salle de réanimation à l'hôpital La Timone de Marseille, le 8 février 2021.

Une équipe de chercheurs français a souligné le fait qu'une partie de la réponse immunitaire des personnes ayant subi une forme modérée du virus serait moins importante au bout de deux à trois mois. L'immunité cellulaire pourrait néanmoins compenser.

Chez les victimes de formes «modérées» du Covid-19, la barrière immunitaire produite par les anticorps s'affaiblirait au bout de deux à trois mois, selon une étude de chercheurs de Sorbonne Université, de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, de l'Inserm et de l'Institut Pasteur, publiée le 8 février dans la revue Nature Communications et relayée par l'Express.

L'équipe de scientifiques a voulu «étudier au cours du temps l’apparition et la persistance de différents type d’anticorps (IgG, IgA et IgM) ainsi que leur caractère neutralisant chez des professionnels de santé ayant fait une forme modérée de COVID-19».

Leurs résultats révèlent que l'ensemble des patients étudiés ont développé, sous deux à quatre semaines après l'apparition des symptômes, des anticorps «de type IgG et IgA dirigés contre la protéine S du virus», celle qui permet au SARS-Cov-2 de pénétrer dans l'organisme. Cependant, les anticorps IgA, «principalement responsables de la réponse neutralisante précoce», ont vu leur efficacité rapidement diminuer, «dès 2 mois après le début des symptômes», allant même jusqu'à «disparaître chez 15% des professionnels».

L'immunité cellulaire peut compenser

Ce qui ne veut pas pour autant dire que l'immunité s'estompe totalement dans ce laps de temps. Car, comme le précise l'étude dans un premier temps, «le taux des anticorps IgG, habituellement considérés comme protecteurs et à longue durée de vie, se maintenait entre deux et trois mois après le début des signes». Ensuite, parce que «les résultats portant exclusivement sur l’immunité humorale, ils ne prennent pas en compte l’immunité cellulaire générée en réponse à l’infection par le SARS-CoV-2».

Or une autre étude publiée le 5 février par l'Inserm, menée par une équipe de chercheurs français et relayée par L'Express, s'est penchée sur cette immunité cellulaire, plus particulièrement sur la réponse des cellules B mémoires jusqu'à six mois après une infection au Covid-19. Le résultat de l'étude rapporte que «les anticorps produits par ces cellules mémoires neutralisaient le virus in vitro», y compris ses variants, expliquent les chercheurs dans leur rapport, «car les cellules mémoires peuvent s'adapter aux pathogènes et réinitier une réponse immune efficace et intense lors d'une nouvelle exposition».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»