Italie : le M5S et la Ligue ne ferment pas la porte à un gouvernement Draghi

- Avec Reuters

Italie : le M5S et la Ligue ne ferment pas la porte à un gouvernement Draghi© GUGLIELMO MANGIAPANE Source: Reuters
Le chef de file de la Ligue Matteo Salvini le 29 janvier (image d'illustration).

Les parti M5S et de la Ligue, les deux principales formations politiques représentées au Parlement italien, n'ont pas fermé la porte à l'idée d'un gouvernement de coalition formé derrière l'ancien président de la BCE Mario Draghi.

L'horizon de Mario Draghi s'est un peu éclairci le 6 février dans ses efforts pour former un gouvernement en Italie. Les deux principales formations représentées au Parlement, le Mouvement 5-Etoiles (M5S) et la Ligue, n'ayant pas exclu de lui apporter leur soutien.

La voie n'est toutefois pas encore complètement dégagée pour l'ancien président de la Banque centrale européenne, appelé à la rescousse cette semaine par le président de la République Sergio Mattarella pour tenter de trouver une issue à la crise politique à Rome. Le M5S comme la Ligue ont tous deux prévenu que leur soutien dépendrait de ses orientations politiques et la formation d'une coalition pourrait encore prendre du temps.

Après ce premier cycle de consultations avec les partis politiques achevé le 6 février, Mario Draghi va poursuivre ses négociations la semaine prochaine. Vito Crimi, chef de file du M5S, a dressé une longue liste de priorités, orientées à gauche et pour la défense de l'environnement, qu'il souhaite voir adoptées par un gouvernement Draghi.

«Nous avons dit que nous étions ouverts à examiner si les conditions sont réunies pour participer à un gouvernement», a-t-il déclaré à la presse après une rencontre de plus d'une heure et demie avec Mario Draghi. «Nous nous déciderons avant tout sur la base des choix politiques.»

Matteo Salvini de retour aux affaires ? 

Le M5S, bâti sur la dénonciation des élites et de l'austérité budgétaire, contrôle le plus gros bloc aussi bien à la Chambre des députés, avec 190 élus sur 629, qu'au Sénat, 92 sièges sur 321.

De son côté, Matteo Salvini, à la tête de la Ligue, formation hostile à l'immigration et elle aussi critique vis-à-vis de l'Union européenne, a paru plus ouvert que Vito Crimi à l'idée de soutenir Mario Draghi. La Ligue est prête à participer à un gouvernement «qui va à Bruxelles la tête haute au nom de l'intérêt national», a-t-il annoncé à l'issue de son entretien avec l'ex-président de la BCE, qui a duré deux fois moins longtemps que celui de Vito Crimi. Il a fait état d'«un accord complet sur ce point».

«Contrairement à d'autres, nous ne pensons pas que de dire simplement "non" vous conduit quelque part», a déclaré Matteo Salvini en allusion à la volonté de certains partis d'exclure la Ligue de tout futur gouvernement. «L'intérêt supérieur du pays doit primer sur tout intérêt personnel ou d'un parti».

Le M5S avait initialement exclu de soutenir Mario Draghi tandis que Matteo Salvini a plusieurs fois changé de position. Le chef de la Ligue avait au départ réclamé des élections anticipées avant de refuser par avance de gouverner avec le M5S puis de dire n'exclure aucune piste. Le Parti démocrate, deuxième force de la coalition sortante formée avec le M5S, a dit de son côté ne pas vouloir gouverner avec la Ligue. 

Si Mario Draghi ne parvenait pas à trouver une majorité parlementaire, ou s'il n'obtenait pas la confiance du Parlement après son entrée en fonction, des législatives anticipées pourraient être envisagées, probablement en juin.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»