Inde : des centaines de comptes Twitter d'opposants bloqués à la demande du gouvernement

- Avec AFP

Inde : des centaines de comptes Twitter d'opposants bloqués à la demande du gouvernement© AFP / NARINDER NANU
Le 2 février, des agriculteurs manifestent à Amritsar après avoir brulé un portait du Premier ministre indien, Narendra Modi. Ils s'opposent fermement aux réformes agricoles souhaitées par le Gouvernement.
Suivez RT France surTelegram

Lundi 1er février, Twitter a bloqué des centaines de comptes à la demande du gouvernement indien. Ces blocages visent des magazines, des agriculteurs et des personnalités publiques qui s'opposent aux réformes agricoles envisagées par les autorités.

En Inde, le réseau social Twitter a temporairement bloqué le 1er février un grand nombre de comptes et de tweets à la demande du gouvernement, rapporte l'AFP. 

Une source au sein du ministère des Technologies de l'information a déclaré à l'agence de presse que le gouvernement avait demandé au géant des réseaux sociaux d'agir à l'encontre de quelque 250 comptes Twitter et de tweets au motif qu'ils représentaient «une grave menace pour l'ordre public». 

Ces blocages et suppressions de tweets concernent notamment des militants, des représentants syndicaux d'agriculteurs, des magazines d'information et quelques leaders de l'opposition, qui s'opposent fermement aux réformes agricoles envisagées par le gouvernement. 

Des manifestations qui secouent le pays depuis plusieurs semaines 

Depuis plusieurs semaines, des dizaines de milliers de citoyens, pour la plupart venus du Punjab, manifestent dans des camps érigés sur de grands axes routiers en périphérie de New Delhi pour s'opposer aux réformes gouvernementales qui visent à libéraliser les marchés agricoles.

Une manifestation à Delhi, la semaine dernière, a dégénéré en violents affrontements entre agriculteurs et forces de l'ordre, conduisant la police a arrêté des dizaines de fermiers ainsi qu'un journaliste du magazine Caravan. 

Reporters sans frontières, l'ONG internationale de défense de la liberté de la presse a condamné ces suspensions, jugeant qu'il s'agissait d'un «cas choquant de censure manifeste».

De son côté, une porte-parole de Twitter a argué qu'«il pouvait être nécessaire de refuser l'accès à certains contenus dans un pays particulier de temps en temps» si une demande «correctement délimitée» était faite. 

Au classement mondial 2020 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières, l'Inde se place au 142e rang sur 180 pays.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»