Moscou fustige Paris et Berlin pour leur inaction face au non-respect des accords de Minsk par Kiev

Moscou fustige Paris et Berlin pour leur inaction face au non-respect des accords de Minsk par Kiev© Ministère des Affaires étrangères russe Source: AFP
Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en conférence de presse à Moscou le 18 janvier.
Suivez RT France surTelegram

Le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov a demandé à Paris et Berlin de «ramener Kiev à la raison» en poussant l'Ukraine à appliquer les accords de Minsk censés régler la situation dans le Donbass.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a montré des signes d'impatience sur la question ukrainienne et déclaré que la Russie allait reconsidérer sa politique dans la région si la France et l'Allemagne ne poussaient pas l'Ukraine à se conformer aux accords de Minsk et du format Normandie sur la question du Donbass.

Selon le chef de la diplomatie russe, la partie ukrainienne aurait l'intention de ne pas respecter ou de ne respecter que partiellement les accords.

«Nos nombreuses demandes, y compris sous forme de lettres signées par moi-même, d'appeler les représentants de Kiev à la raison lors des pourparlers avec le Donbass, restent lettre morte [en Occident]. Ils ne disent rien publiquement. S'il y a comme règle de ne pas froisser l'Ukraine et son pouvoir, avec lequel est lié l'un des espoirs [de l'Europe] de contenir la Russie, qu'ils nous le disent ! Alors nous allons construire notre politique autrement sur cet axe», a-t-il déclaré le 18 janvier au cours d'une conférence de presse. 

Toujours pas d'échanges de prisonniers

Le ministre des Affaires étrangères n'a pas donné plus de détails sur comment la Russie entendait infléchir sa politique. Néanmoins, le diplomate russe a estimé que les autorités ukrainiennes devraient «avoir honte» d'avoir retardé les échanges de prisonniers.

«Les autorités ukrainiennes devraient avoir honte du fait que l'échange de prisonniers "tous contre tous", convenu précédemment, soit retardé pour des raisons n'ayant rien à voir avec des considérations humanitaires», a déclaré le ministre.

Le 12 février 2015, les accords de Minsk II avaient été signés entre les dirigeants de ukrainien, russe, français et allemand. Pourtant, les discussions relatives au Donbass perdurent entre les dirigeants des pays concernés. Lors d'une réunion format Normandie à Paris le 9 décembre 2019, les parties avaient adopté un communiqué conjoint.

Le texte soulignait que les accords de Minsk restaient la base des travaux au format Normandie, et que le désengagement des forces était prévu d'ici fin mars 2020 en trois nouveaux points dans le Donbass. Les dirigeants avaient également appelé à un cessez-le-feu dans la zone de conflit d'ici la fin de l'année. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»