Washington fournit des munitions aux rebelles syriens «modérés» et affirme en conserver le contrôle

Avion américain C-17© Murad Sezer Source: Reuters
Avion américain C-17

Malgré «le haut degré de confiance» dont Washington fait preuve à l’égard de ces combattants, les autorités américaines disent conserver la possibilité de contrôler les armements qu’elles livrent.

«Une équipe spéciale veillera à l’utilisation de nos armes par les rebelles. Nous avons bien des possibilités pour contrôler cet équipement», a déclaré la sous-secrétaire américaine à la Défense Christine Wormuth aux journalistes, en ajoutant que ces possibilités avaient déjà été testées en Syrie par le passé.

Les Etats-Unis ont lancé lundi la première étape de programme du soutien urgent aux rebelles syriens «modérés», soit les opposants au régime de Bachar el-Assad qui ne sont pas terroristes. Dans la nuit du 11 au 12 octobre, 112 palettes de munitions pesant un total d’au moins 50 tonnes ont été parachutées au nord de la Syrie, d'après la chaîne de télévision américaine CNN. Toutes les palettes, qui contenaient des armes légères et des grenades à main ont été acheminées à bon port.

Les détails de cette mission ont été confirmés cet après-midi par Patrick Ryder, représentant officiel de la défense américaine.

«Nous avons fourni des munitions aux groupes syriens dont les dirigeants ont passé la procédure de vérification des Etats-Unis», a souligné le responsable, cité par l’agence TASS.

La livraison de ces armes a eu lieu après les déclarations du président américain de la semaine dernière, lorsqu’il avait précisé avoir mis fin au programme de formation des rebelles syriens modérés.

Washington a néanmoins prévu 600 millions de dollars dans son budget 2016 pour les rebelles syriens «modérés». Ce budget a été ratifié le 7 octobre devant le Sénat par 70 voix contre 27.

Lire aussi : 600 millions aux rebelles syriens, et 300 millions à Kiev

Ce programme était entré en vigueur en 2014 après la décision de Barack Obama d’entraîner et d'armer des rebelles syriens dits «modérés» à hauteur de 500 millions de dollars.

Depuis le début, il a été très controversé au vu de la quantité minime de soldats rebelles qui ont été formés pour combattre Daesh mais surtout parce que beaucoup d’armes envoyées aux rebelles sont très rapidement passées aux mains de groupes djihadistes comme le front Al-Nosra.

Le 9 octobre dernier, des responsables militaires américains avaient fait savoir que les Etats-Unis enverraient des armes et des munitions aux forces qui combattent déjà les terroristes au sol en Syrie plutôt que de participer à la création d’une nouvelle force contre Daesh dans la région.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales