Etats-Unis : le leader des «Proud boys» arrêté pour avoir brulé une bannière Black lives matter

Etats-Unis : le leader des «Proud boys» arrêté pour avoir brulé une bannière Black lives matter© ELIJAH NOUVELAGE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES Source: AFP
Le leader du mouvement Proud boys, Enrique Tarrjo.

Le 4 janvier, le leader des Proud boys Enrique Tarrio a été arrêté à Washington pour avoir participé à une manifestation qui avait dégénéré et au cours de laquelle il aurait brûlé la bannière Black lives matter d'une église afro-américaine.

Le leader des Proud boys – mouvement de droite revendiquant le recours à la violence et la défense «des valeurs occidentales» – Enrique Tarrio a été arrêté le 4 janvier à Washington.

Selon le Washington Post, l'activiste est soupçonné d'avoir brûlé une bannière Black lives matter volée à une église méthodiste fréquentée par des afro-américains lors d'une manifestation au cours de laquelle quatre personnes avaient été poignardées dans des affrontements opposants militants pro-Trump et contre-manifestants. 

L'homme, vivant à Miami où il dirige également une organisation appelée Latinos for Trump, a reconnu les faits dans un entretien donné au Washington Post. Pour se justifier, il a accusé le mouvement Black lives matter de «terroriser les citoyens de ce pays». Le militant pro-Trump est également accusé d'avoir été en possession de deux chargeurs d'arme à feu illégaux lors de son arrestation, a précisé la police.

Les pro-Trump en route vers Washington

Son arrestation intervient peu de temps avant une grande manifestation de soutien à Donald Trump, ce 6 janvier. Les partisans de Donald Trump commençaient en effet à affluer en nombre vers Washington à l'appel du président américain qui leur a demandé de manifester au moment où le Congrès se réunit pour certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle, une décision à laquelle un groupe de sénateurs a déjà annoncé s'opposer

Donald Trump a commenté avec enthousiasme sur Twitter leur arrivée dans la capitale, le 5 janvier au soir : «Washington est inondé par ceux qui ne veulent pas voir une victoire électorale volée.» Le camp du président américain continue de dénoncer de supposées fraudes et irrégularités massives, malgré des revers juridiques.

Il a également annoncé qu'il s'exprimerait devant ses supporters le lendemain. Selon l'AFP, la police de la capitale a quant à elle fait savoir redouter des violences et a prévenu que les personnes portant des armes à feu seraient arrêtées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»