Mali : la France annonce une frappe sur des djihadistes, des villageois parlent de victimes civiles

- Avec AFP

Mali : la France annonce une frappe sur des djihadistes, des villageois parlent de victimes civiles© BENOIT TESSIER Source: Reuters
Des soldats français préparent un hélicoptère Tigre pour le combat le 1er aout 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'armée française a annoncé avoir éliminé des dizaines de djihadistes, le 3 janvier dernier. Certaines sources locales citées par l'AFP évoquent, de leur côté, des victimes de tirs venus d'un appareil non-identifié lors d'un mariage.

Au lendemain de la mort de deux soldats français, plusieurs personnes ont été tuées dans le centre du Mali ; l'armée française a annoncé ce 5 janvier avoir frappé des dizaines de djihadistes tandis que des villageois et une association locale parlaient de civils atteints par un appareil non-identifié lors d'un mariage.

Les messages ont proliféré sur les réseaux sociaux depuis dimanche 3 janvier sur les événements survenus dans ce village qui est un des principaux foyers de violence de cette région plongée dans la tourmente.

Les informations relatives à un mariage ne correspondent pas aux observations effectuées

Des villageois interrogés par l'AFP ont évoqué des tirs venus d'un hélicoptère non-identifié selon eux lors d'un mariage, qui auraient fait jusqu'à une vingtaine de morts.

L'état-major français a réfuté ces dires. Une patrouille d'avions de chasse a «neutralisé» des dizaines de djihadistes préalablement repérés après une opération de renseignement de plusieurs jours, a-t-il indiqué à l'AFP. «Les informations relatives à un mariage ne correspondent pas aux observations effectuées», a ajouté l'état-major. 

Une source militaire française a précisé auprès de l'agence Reuters que les renseignements ont été recueillis par un drone Reaper qui a filmé un groupe armé terroriste, et que des commandos ont été envoyés pour confirmer l'identité des victimes.

«On s'est assuré de la cible», évoque encore cette source. Aucun hélicoptère n'a été engagé dans l'opération. Il y a eu une seule frappe, menée par un Mirage, ajoute-t-elle.

Un flot de spéculations 

Le silence observé jusqu'alors par les autorités civiles et militaires maliennes ainsi que les forces armées françaises a laissé le champ depuis le 3 janvier à un flot de spéculations, très difficilement vérifiables dans une zone éloignée dont l'accès est rendu très compliqué par la présence réputée forte des djihadistes.

L'agence Mediastream, spécialisée dans l'analyse de l'actualité au Sahel, évoque ainsi «l'accumulation de témoignages» sur ces morts de civils. 

Les opérations offensives aériennes au Mali sont essentiellement le fait de l'armée malienne et de la force française Barkhane. Des villageois joints sur place ont rapporté une frappe d'hélicoptère en plein jour, semant la panique dans une foule assemblée selon eux pour des noces. 

Nous avons été surpris par l'intensité de la frappe. L'hélicoptère volait très bas, au point qu'on croyait qu'il allait survoler le village

«[Cela] a été le sauve-qui-peut. Je me suis retrouvé en brousse mais j’ai perdu deux frères», a dit Ahmadou Ghana, un témoin du drame, auprès de l'AFP. En tout, 19 personnes ont été tuées et plusieurs autres gravement blessées, a-t-il ajouté. «Nous avons été surpris par l'intensité de la frappe. L'hélicoptère volait très bas, au point qu'on croyait qu'il allait survoler le village», a abondé Mady Dicko, un autre témoin.

Dès le 3 janvier, Tabital Pulakuu, une association pour la promotion de la culture des Peuls, une des ethnies maliennes, a fait état d'une «frappe aérienne (ayant) coûté la vie à une vingtaine de personnes civiles au moins» au cours d'un mariage.

Une source médicale a également confirmé auprès de l'agence Reuters que plus de vingt personnes, dont des enfants, ont été tuées dimanche dans cette zone désertique du centre du Mali par une frappe aérienne pendant ce mariage. 

Toujours selon cette source, des raids aériens auraient visé des motocyclistes soupçonnés d'être des combattants djihadistes dans les villages de Bounti et Kikara mais des civils qui se rassemblaient pour des noces auraient été touchés, a expliqué ce soignant s'exprimant à condition de rester anonyme. Certains blessés auraient été amputés dans un dispensaire proche.

«Il ne peut y avoir de doutes et d'ambiguïté» pour l'armée française

«Il ne peut y avoir de doutes et d'ambiguïté, il n'y avait pas de mariage. C'est une frappe menée après un processus particulièrement formel et multipartite sur un groupe armé terroriste pleinement identifié, après un recoupement d'informations, des attitudes, une posture, sur une zone caractérisée», a certifié à l'AFP une source militaire française proche du dossier.

La région de Mopti, où se trouve Bounti, à quelque 600 kilomètres de la capitale Bamako, est l'un des principaux foyers des violences parties du nord en 2012 et qui se sont propagées depuis 2015 vers le sud du pays, mais aussi au Burkina Faso et au Niger voisins.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»