Niger : «de nombreux civils» tués par un groupe d'hommes armés

- Avec AFP

Niger : «de nombreux civils» tués par un groupe d'hommes armés© Zohra Bensemra Source: Reuters
Cliché pris au Niger le 29 octobre 2019 (image d'illustration).

«Jusqu'à cinquante personnes» ont été la cible d'un groupe d'hommes armés dans la région de Tillabéri, au Niger, alors que les attaques se multiplient dans la zone dite des «des trois frontières» entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso.

De «nombreuses» personnes ont été tuées le 2 janvier 2020 par des hommes armés à Tchomo-Bangou, un village de la région de Tillabéri, dans l'ouest du Niger, ont indiqué à l'AFP des autorités locales et des habitants, le jour de la proclamation des résultats de la présidentielle. 

«L'attaque a eu lieu vers midi et il y a eu des morts», a déclaré à l'AFP un haut responsable de la région de Tillabéri, sans donner de bilan précis, ni de précision sur les circonstances de l'attaque.  «Ce sont de nombreux civils qui ont été tués dans une attaque à Tchomo-Bangou», un village du département de Ouallam, frontalier du Mali, a déclaré un élu local sans plus de précisions. 

«Les assaillants sont venus encercler le village et ils ont tué jusqu'à cinquante personnes. Des blessés ont été évacués à l'hôpital de Ouallam», a affirmé sous le couvert de l'anonymat un journaliste d'une radio locale. Le 21 décembre, à six jours de la présidentielle, sept soldats nigériens avaient été tués dans une embuscade dans la même région.

Des attaques régulières

Selon le journaliste, l'attaque de Tchomo-Bangou est survenue dans les environs de Tongo Tongo, où quatre soldats américains des forces spéciales et cinq militaires nigériens avaient été tués en octobre 2017 dans une embuscade. Cette attaque avait été revendiquée par l’organisation terroriste Daesh dans le Grand Sahara.

L'attaque de Tchomo-Bangou intervient alors que les résultats du premier tour de l'élection présidentielle du 27 décembre sont tombés, donnant largement en tête (39,33%) le candidat du parti au pouvoir Mohamed Bazoum, ancien ministre de l'Intérieur qui a promis de renforcer la lutte contre les groupes djihadistes. 

Depuis plusieurs années, le Niger est en proie à des attaques djihadistes dans ses parties ouest et sud-est, qui ont fait des centaines de morts, de même que le Mali et le Burkina Faso voisin. La région de Tillabéri est située dans la zone «des trois frontières» Niger-Mali-Burkina, souvent frappée par les groupes djihadistes.

En mai 2020, vingt personnes, dont des enfants, avaient été tués dans deux villages de l'Anzourou (région de Tillabéri). Le 12 décembre dernier, au moins 34 villageois ont été tués et une centaine blessés à Toumour dans la région de Diffa, proche du Nigeria, par des hommes du groupe terroriste Boko Haram, selon les autorités.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»