Au moins 27 morts dans une attaque menée par Boko-Haram au Niger

- Avec AFP

Au moins 27 morts dans une attaque menée par Boko-Haram au Niger© Souleymane Ag Anara Source: AFP
Des militaires nigériens en faction le 13 décembre à Niamey (Niger). (Image d'illustration)

Au moins 27 personnes ont perdu la vie dans une attaque terroriste menée par le groupe djihadiste Boko Haram dans le sud-est du Niger. Des blessés et des disparus sont également à déplorer.

Au moins 27 personnes ont été tuées dans la nuit du 12 au 13 décembre dans une attaque du groupe djihadiste Boko Haram dans la région de Diffa, dans le sud-est du Niger, proche du Nigeria, a appris l'AFP auprès d'un responsable local.

«Il y a officiellement eu 27 morts, des blessés et quelques disparus dans cette attaque qui est l'œuvre de Boko Haram», a affirmé à l'AFP un responsable du département de Bosso dont relève la commune de Toumour où s'est déroulée l'attaque.

Des témoins et élus locaux ont confirmé l'attaque, sans donner de bilan. Elle survient le jour des élections municipales et régionales dans le pays. «Certaines victimes ont été tuées ou blessés par balles d'autres calcinées à l'intérieur des cases totalement consumées par les flammes d'un énorme incendie provoqué par les assaillants», a noté ce responsable. «Entre 800 et 1 000 maisons ont été incendiées, le marché central a été également incendié», ainsi que de nombreux véhicules, a-t-il déploré.

«Les assaillants dont le nombre est estimé à près de 70 sont arrivés à Toumour vers 18h45 locales [17H45 GMT] à pied, après avoir traversé à la nage [les eaux du lac Tchad] et ont sévi pendant trois heures», a raconté ce responsable, qui a requis l'anonymat. «Ils ont d'abord attaqué la résidence du chef traditionnel qui a pu leur échapper in extremis», a-t-il relevé.

«C'était une attaque d'une barbarie inouïe. Près de 60% du village a été détruit», a commenté un élu local, également sous couvert de l'anonymat.

Le groupe djihadiste Boko Haram, né au Nigeria en 2009, a établi des bases sur certains des multiples îlots parsemant le lac Tchad, une vaste étendue marécageuse à la frontière entre le Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun. Depuis 2016, le groupe Boko Haram s'est divisé en deux factions: celle d'Abubakar Shekau, le chef historique du groupe, et l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), affilié à l'EI – notamment installé autour du lac Tchad. Les autorités nigériennes ne font pas la différence entre les membres de Boko Haram et de l'Iswap, qualifiant tous ces combattants djihadistes comme des éléments de Boko Haram.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»