La République Tchèque traduit «Les versets sataniques», l’Arabie saoudite fulmine

Le livre de Salman Rushdie fait toujours parler, des dizaines d'années après sa sortie. Source: Reuters
Le livre de Salman Rushdie fait toujours parler, des dizaines d'années après sa sortie.

L’Arabie saoudite a convoqué l’ambassadeur tchèque en réaction à la traduction du livre controversé de l’écrivain Salman Rushdie. L’oeuvre polémique est jugée blasphématoire envers l’islam.

En 1989, une fatwa est émise contre Salman Rushdie. L’auteur britannique d’origine indienne est coupable d’avoir injurié la religion musulmane à travers son livre «Les versets sataniques». Vingt-six ans plus tard, la République Tchèque décide de traduire l’oeuvre polémique. Et le royaume des Saoud voit rouge.

L’ambassadeur tchèque s’est même vu convoqué par Riyad. «Le royaume veut ainsi exprimer sa condamnation et sa réprobation de la traduction du livre» explique un reponsable des Affaires étrangères. Il demande au gouvernement de Prague de mettre fin à la publication d’un livre qu’il juge offensant pour l’islam et les musulmans. «Le royaume exhorte à n'insulter sous aucune forme la religion et les cultures», a-t-il rajouté.

La République Tchèque refuse d’intervenir

C’est par le biais du ministre des Affaires étrangères que la réponse est venue. Selon lui, pas question que Prague n’interfère dans la publication de cette traduction.

Dans une déclaration en forme de fin de non recevoir, il s’est montré ferme : «Nous n'avons aucune raison d'intervenir, nous avons dans notre pays la liberté d'expression et de la presse.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales