YouTube suspend et démonétise la chaîne conservatrice américaine OANN

YouTube suspend et démonétise la chaîne conservatrice américaine OANN© Reuters-Dado Ruvic / One America News Network
Image d'illustration.
Suivez RT France surTelegram

Invoquant de la désinformation sur le Covid-19, YouTube a interdit à la chaîne de télévision One America News Network de publier de nouvelles vidéos pendant une semaine et lui a retiré sa capacité à dégager des revenus des contenus déjà en ligne.

Après avoir exclu de sa plateforme Infowars et son fondateur Alex Jones, ou encore pour ne citer qu'eux, les partisans de théories jugées complotistes ; après avoir démonétisé de nombreux commentateurs politiques, YouTube s'attaque désormais au média de plus en plus populaire parmi les supporters de Donald Trump, One America News Network (OANN).

Le 24 novembre OANN s'est en effet vu infliger une suspension d'une semaine en plus d'être exclue du programme de partenariat de YouTube, ce qui signifie que la chaîne ne peut plus monétiser ses vidéos. En cause, selon une porte-parole de YouTube, le traitement par OANN de l'épidémie de Covid-19.

YouTube a pris la mesure extrême de censurer un média national

«Après un examen attentif, nous avons supprimé une vidéo d'OANN et leur avons donné un avertissement pour avoir enfreint nos règles sur la désinformation en matière de Covid-19 qui interdisent les contenus proclamant qu'il existe un remède garanti», a ainsi indiqué Ivy Choi dans un communiqué, sans toutefois fournir de détails sur la vidéo incriminée.

Au bout de trois avertissements (c'est le premier) la chaîne sera supprimée. Elle va aussi devoir prouver qu'elle a réglé les problèmes signalés par la plateforme si elle veut de nouveau pouvoir monétiser ses vidéos.

Interrogé par l'Epoch Times, la président d'OANN explique que la vidéo en question n'était même pas encore publiée sur la plateforme et qu'elle était en l'état simplement destinée à ses équipes «pour évaluation». «YouTube a pris la mesure extrême de censurer un média national pour une vidéo qui n'était "pas répertoriée'' et non disponible publiquement sur YouTube», a ainsi fait savoir Charles Herring, précisant que si le média se conformait aux exigences de la plateforme, il n'entendait pas laisser «les règles arbitraires de YouTube enfreindre ses droits éditoriaux et son Premier amendement [de la Constitution, la liberté d'expression] pour informer le public».

La filiale de Google, dont la fréquentation a encore augmenté à la faveur des mesures de confinement, s'attache depuis des mois à mettre en avant les chaînes qui font, selon la multinationale, autorité en matière d'informations.

OANN n'en ferait donc pas partie, bien que, à l'instar de Newsmax, la chaîne connaisse une progression fulgurante aux Etats-Unis. Les supporters de Donald Trump se détournent en effet par dizaines de milliers de la référence conservatrice Fox News en raison de la couverture de l'élection présidentielle par cette dernière. Le président d'OANN Charles Herring a affirmé à l'AFP que sa chaîne figurait, depuis plusieurs semaines, parmi les dix meilleures audiences du câble américain, tous programmes confondus.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»