Guatemala : le Parlement en flammes durant des manifestations contre le pouvoir

Suivez RT France surTelegram

Le Parlement du Guatemala a été filmé en flammes le 21 novembre, alors que se déroulaient des manifestations contre les mesures budgétaires du gouvernement et sa majorité parlementaire. Les manifestants ont été dispersés à coups de gaz lacrymogènes.

Ciudad de Guatemala, la capitale guatémaltèque, s’est littéralement embrasée le 21 novembre 2020. Le Parlement national a été filmé en flammes pendant que des protestations contre le gouvernement et ses alliés législateurs secouaient la ville.

La journaliste Sandra Cuffe rapporte des images de citoyens grimpant sur le bâtiment du Congrès recouvert de graffitis multicolores et rompant les fenêtres malgré la présence d’agents de sécurité devant l’entrée principale. Des manifestants avaient installé par ailleurs une guillotine devant le bâtiment.

La police a dispersé les manifestants à renfort de gaz lacrymogènes. Sandra Cuffe rapporte que des pompiers et du personnel de la Croix-Rouge sont arrivés sur place afin d'éteindre les flammes.

Selon l’AFP, une porte-parole de l’hôpital général San-Juan-de-Dios a annoncé que 14 personnes étaient soignées pour des blessures et des intoxications aux gaz lacrymogènes après les affrontements entre manifestants et forces de police.

Un budget qui ignore la lutte contre la pauvreté 

Ces manifestations se sont déroulées dans le centre historique de la capitale afin de réclamer la démission du président Alejandro Giammattei, en poste depuis janvier 2020. Les citoyens mécontents ont élevé des banderoles estampillées «plus de corruption» ou encore «Giammattei out [dehors]».

Ils lui reprochent notamment d’avoir donné son aval à un budget controversé. Le Parlement, composé en grande partie de membres du parti du président (Vamos, centre-droit à tendance conservatrice) et de formations apparentées, avait adopté dans la semaine du 16 novembre un budget de 99,7 milliards de quetzals (10,9 milliards d’euros). Le reproche est fait au pouvoir de destiner une grande partie des fonds à des infrastructures gérées par des entrepreneurs, sans se préoccuper de la lutte contre la pauvreté et la malnutrition infantile. Sur 17 millions de Guatémaltèques, environ 59% vivent dans la pauvreté et près de la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition, selon des chiffres cités par l'AFP.

Le Guatemala se trouve dans une situation si délicate que le vice-président lui-même, Guillermo Castillo, a appelé dans la nuit du 20 au 21 novembre le président Giammattei à démissionner avec lui. «Pour le bien du pays, je lui ai demandé que nous présentions ensemble notre démission», a-t-il déclaré dans un message adressé à la nation, diffusé à travers les réseaux sociaux et envoyé aux journalistes sur le groupe WhatsApp de la vice-présidence.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix