Emmanuel Macron souhaite des «mécanismes de contournement» pour «encercler» la Russie et la Turquie

Emmanuel Macron souhaite des «mécanismes de contournement» pour «encercler» la Russie et la Turquie© Ludovic Marin Source: Reuters
Emmanuel Macron au Panthéon à Paris pour la commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale le 11 novembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Dans un entretien accordé à la revue Le Grand Continent, Emmanuel Macron a dessiné les contours d'une nouvelle géopolitique et d'une stratégie d'encerclement pour contourner les difficultés stratégiques avec des Etats comme la Russie ou la Turquie.

Au cours d'un entretien accordé à la revue de géopolitique Le Grand Continent, publié le 16 novembre, le président de la République a dessiné les contours d'une nouvelle façon de mener la diplomatie française.

La revue – éditée par le Groupe d’études géopolitiques, une association domiciliée à l’Ecole normale supérieure – a posé à Emmanuel Macron une question en relation avec la diplomatie et le vaccin contre le Covid-19 : «Dans votre doctrine des relations internationales, on voit qu'il y a un principe d'association d'entités différentes – des Etats, des entreprises, des acteurs locaux, des associations. Etes-vous en train de disrupter [sic] le multilatéralisme des Etats pour le remplacer par quelque chose d'autre ? Et plus concrètement : pensez-vous que la question de la distribution du vaccin va porter cette doctrine ?»

Le chef d'Etat a alors répliqué : «La négociation qu'on est en train de mener avec les Etats et les entreprises est un très bon test de ce nouveau multilatéralisme. C’est l’idée du bien public mondial, en tout cas, d'avoir un accès mondial au vaccin. Cela veut dire qu'aucun des laboratoires qui développera le vaccin ne se mettra en situation de bloquer l'accès à d'autres laboratoires de production, y compris en surdose, pour les pays en voie de développement. Je ne sais pas si on va gagner cette bataille. Parce que très clairement je ne suis pas sûr que tous les pays aient envie de s'engager là-dedans.»

Il faut trouver des mécanismes de contournement pour les encercler

Et de préciser : «On verra si la Chine est prête [...], si la Russie est prête, si les Etats-Unis sont prêts avec la nouvelle administration – ce n'était pas sûr avec la précédente, enfin l'actuelle – et on verra ce que font les entreprises. Mais quoi qu'il arrive, ce que nous avons fait crée un cadre commun avec tous les acteurs importants autour de la table : un tiers de confiance qui est l'OMS, des mécanismes de coopération, une pression des pairs.

Le Conseil de sécurité de l'ONU vivement critiqué par Emmanuel Macron

Avant d'expliquer : «Et donc nous avons le maximum de chances pour que quand il y aura quelque chose, si l'un de ces acteurs se comporte mal, il aura beaucoup à perdre à mal se comporter. Mais c'est cela le nouveau multilatéralisme. Il faut bien le constater. L'état de fait est devenu la nouvelle doctrine pour beaucoup de pays : la Russie avec l'Ukraine ; la Turquie avec la Méditerranée orientale ou avec l'Azerbaïdjan. Ce sont des stratégies d'état de fait, qui signifient qu'ils n'ont plus peur d'une règle internationale. Donc il faut trouver des mécanismes de contournement pour les encercler.»

Dans cet entretien, le président français a également vivement critiqué le Conseil de sécurité de l’ONU, affirmant que cette instance ne produisait «plus de solutions utiles» et n'était n'est plus à même de répondre efficacement aux crises que traverse le monde. Un avis partagé par le président de l'Assemblée générale de l'ONU, qui souhaite le réformer. Selon Emmanuel Macron, qui défend un «nouveau multilatéralisme», il serait nécessaire de «chercher les voies d’une coopération utile» pour faire face aux crises majeures de 2020, que sont la pandémie et le terrorisme.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix