Bakou reconnaît avoir abattu un hélicoptère russe au-dessus de l'Arménie et s'excuse

Bakou reconnaît avoir abattu un hélicoptère russe au-dessus de l'Arménie et s'excuse© ATTILA KISBENEDEK Source: AFP
Un hélicoptère Mi-24 (image d'illustration).

Un hélicoptère russe a été abattu au-dessus de l'Arménie, attaqué depuis le sol au moyen d'un système de missiles portable. Deux membres de l'équipage sont morts, un autre blessé. L'Azerbaïdjan a reconnu être à l'origine de l'attaque et s'est excusé.

Dans un communiqué de presse cité par l'agence russe RIA Novosti ce 9 novembre, le ministère de la Défense a fait savoir qu'un hélicoptère russe Mi-24 avait été abattu alors qu'il escortait un convoi de la 102e base militaire russe à travers le territoire arménien. L'hélicoptère se situait dans l'espace aérien arménien, à proximité du village d'Eraskh, qui se trouve lui-même près de la frontière de la république autonome du Nakhitchevan (République d'Azerbaïdjan).

«L'hélicoptère russe Mi-24 a été abattu dans l'espace aérien au-dessus du territoire de la République d'Arménie, en dehors de la zone de combat» du Haut-Karabagh, a expliqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov.

Selon le ministère russe de la Défense, l'appareil a été attaqué depuis le sol au moyen d'un système portatif de défense aérienne. Touché par un missile, l'hélicoptère s'est écrasé dans une zone montagneuse sur le territoire arménien. Deux membres de l'équipage sont morts, et un troisième, blessé, a été évacué.

Quelques minutes après l'annonce de cette attaque, l'Azerbaïdjan a reconnu en être à l'origine et a présenté ses excuses à Moscou. La diplomatie azerbaïdjanaise a précisé que Bakou était prêt à payer une indemnité, assurant que cet incident tragique était accidentel, et n'était pas dirigé contre la Russie.

«La partie azerbaïdjanaise présente ses excuses à la partie russe à la suite de cet incident tragique qui relève de l'accident», a indiqué le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères, expliquant qu'une unité de l'armée avait cru à des «provocations de la partie arménienne» dans le cadre du conflit dans le Haut-Karabagh.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»