Daesh : les forces kurdes affirment avoir la preuve d’une attaque au gaz moutarde

Des combattants irakiens lançant une roquette vers Daesh© Iraq Stringer Source: Reuters
Des combattants irakiens lançant une roquette vers Daesh

Après avoir dénoncé à plusieurs reprises des attaques chimiques, les forces kurdes déclarent désormais que des tests sanguins confirment l’utilisation de gaz moutarde par l'Etat Islamique.

Le ministère des Affaires Peshmergas, une branche du gouvernement régional kurde qui supervise les actions de ses combattants, a affirmé détenir la preuve de l’utilisation d’agent moutarde par l’Etat Islamique lors de combats qui avaient eu lieu en août dans le nord de l’Irak. Selon cette source, des obus de mortiers contenant la substance chimique auraient été utilisés par les combattants islamistes. En effet, des échantillons avaient été prélevés chez une trentaine de Peshmergas présents lors de ces combats. Les résultats des analyses sanguines révéleraient donc des traces d’ypérite au soufre, plus connue sous le nom de gaz moutarde.

Ce n’est pas la première fois que les forces kurdes signalent l’utilisation d’armes chimiques par Daesh, armes considérées comme illégales par le protocole de Genève de 1925. Les autorités américaines, ainsi que l'armée allemande, avaient d’ailleurs confirmé suspecter l'usage de ce type de munitions par les combattants de l'Etat Islamique.

Rappelons par ailleurs que l'usage par Daesh d'armes chimiques est également soupçonné en Syrie, où le village de Marea avait été la cible d’obus douteux fin août. Quelques 25 victimes souffrant de sérieuses brûlures, apparemment provoquées par du gaz moutarde, avaient alors dû être hospitalisées.

En savoir plus : Daesh utiliserait des armes chimiques en Irak et en Syrie 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales