Donetsk : l’OSCE a trouvé d’où venait la roquette mortelle

La mission de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en Ukraine a dévoilé que le tir d’obus qui a tué 12 personnes parmi les passagers d’un bus dans le Donbass venait d’un autre endroit qu’annoncé initialement.

Le 13 janvier, des tirs d’artillerie sont tombés sur un autobus, tuant 12personnes et en blessant 18 autres, à l’approche d’un poste de contrôle ukrainien près de la ville de Volnovakha dans la région de Donetsk. Au cours de sa troisième inspection, la mission spéciale d'observation de l'OSCE a conclu que l’attaque « a été provoquée par des obus provenant du nord, nord-est », au terme de l’examen complet des cinq cratères qui restent sur le site.

Ces territoires sont contrôlés à la fois par Kiev et par les séparatistes.

« L’enquête s’est penchée sur l’analyse complète des deux cratères, dont celui qui se situe à 10 mètres de l’autobus. Selon les estimations de la mission spéciale d'observation, tous les cratères examinés ont été causés par des obus tirés depuis le nord, nord-est », rapporte l’OSCE.

Donetsk : l’OSCE a trouvé d’où venait la roquette mortelle Source: AFP
Source: service de presse des forces armées de l'Ukraine

Les observateurs n’ont pas identifié le type d’obus utilisé ni pointé du doigt l’une ou l’autre des parties au conflit. Dans son premier rapport, la mission spéciale d'observation a cité des fonctionnaires ukrainiens « confirmant » qu’une « roquette Grad » était tombée à côté du bus alors que d’autres experts estiment que les dommages dont le bus a souffert sont similaires à ceux causés par l’explosion d’une mine terrestre.

Le représentant permanent de la Russie auprès de l’OSCE Andreï Keline a estimé que ces nouveaux résultats contredisaient les déclarations initiales de Kiev, qui après cet incident tragique, a tout de suite accusé les insurgés de Donetsk d’avoir attaqué. La République de Donetsk a rejeté ces accusations, les qualifiant de « provocations » pour justifier un regain de mobilisation.

La version de Kiev a été rapidement soutenue par Washington. Le Département d’Etat a tout de suite tiré ses conclusions et a accusé les forces séparatistes. Le bombardement de ce bus n’est que « la dernière violation flagrante des engagements pris par les séparatistes soutenus par la Russie », a souligné Marie Harf, porte-parole du Département d’Etat américain.

L’OSCE a annoncé qu’elle continuerait à suivre cette affaire et à recueillir des éléments de preuve parallèlement à l’enquête menée par le Centre commun de contrôle et de coordination et par les représentants de l’Ukraine de l’Est. En même temps, Kiev et le bureau du Procureur de Donetsk ont ouvert une enquête pour acte terroriste, une procédure distincte de celle qui est menée dans le cadre du bombardement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»