Conflit au Haut-Karabagh : l'Arménie et l'Azerbaïdjan s'accusent mutuellement de bombardements

Conflit au Haut-Karabagh : l'Arménie et l'Azerbaïdjan s'accusent mutuellement de bombardements© Umit BEKTAS Source: Reuters
Cliché pris à Gandja, en Azerbaïdjan, le 17 octobre 2020.

L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir envoyé un missile sur Gandja, la deuxième ville du pays. Erevan dément et affirme que des villes du Haut-Karabagh ont été la cible de tirs azéris.

Bakou affirme qu'un missile arménien a fait 13 morts et plus de 40 blessés à Gandja, la deuxième ville d’Azerbaïdjan, dans la nuit du 16 au 17 octobre 2020. Cette frappe aurait été suivie par un tir sur la ville stratégique voisine de Mingachevir. Des informations démenties par l'Arménie qui assure que ce sont les villes du Haut-Karabagh qui ont été visées par des bombardements.

Les accusations azéries ont été relayées dans la nuit sur les réseaux sociaux par Hikmet Hajiyev, un collaborateur du président Ilham Aliyev. Il a partagé des images supposées avoir été prises sur le lieu du bombardement, tout en affirmant que l’Arménie devait «cesser sa politique de terrorisme d’Etat».

De son côté, cité par l'AFP, le président azéri Ilham Aliyev a appelé à la vengeance, le 17 octobre. «La direction fasciste de l'Arménie a tiré sur nos zones peuplées […] Ce crime lâche ne brisera pas la volonté de notre peuple. Nous allons y répondre sur le champ de bataille, nous allons nous venger sur le champ de bataille», a-t-il fait valoir, promettant de «chasser comme des chiens» ses adversaires.

Une porte-parole du ministère de la défense arménien a cependant nié ces allégations sur Twitter, insistant sur le fait qu’ «aucun feu n'a été ouvert depuis le territoire de la République d’Arménie […] en direction de l’Azerbaïdjan».

Le ministère arménien des Affaires étrangères a quant à lui fait état sur le même réseau social de bombardements azéris dans la nuit du 16 au 17 octobre, indiquant que trois civils avaient été blessés à Askeran.

Plus tôt dans la soirée du 16 octobre, toujours sur la plateforme de microblogging, le ministère arménien de la Défense a déclaré que des drones azéris avaient été détectés au-dessus de l'espace aérien du pays, tout en affirmant qu'il prendrait «des mesures appropriées». 

Selon des journalistes de l'AFP présents sur place, des frappes azéries ont également visé la capitale Stepanakert. 

Malgré le cessez-le-feu signé le 10 octobre à Moscou, la situation dans la région reste très instable depuis la reprise des hostilités entre les forces du Haut-Karabagh soutenues par l’Arménie et les soldats de l'Azerbaïdjan, le 27 septembre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»