«Je suis noir et je vote pour Trump» : Twitter suspend de faux comptes de soutien à Donald Trump

«Je suis noir et je vote pour Trump» : Twitter suspend de faux comptes de soutien à Donald Trump© ALASTAIR PIKE Source: AFP
Le logo Twitter (image d'illustration)

Twitter a identifié et suspendu de faux comptes d'afro-américains soutenant la candidature de Donald Trump. La plateforme assure travailler «sans relâche pour enquêter sur cette activité».

Twitter a suspendu de faux comptes dont les utilisateurs prétendaient être des soutiens afro-américains à Donald Trump. En quelques jours, certains de ces comptes avaient récolté plusieurs milliers d’abonnés.

Darren Linvill, professeur à l’université de Clemson, spécialiste de la désinformation sur les réseaux sociaux, a partagé sur Twitter des exemples de ces faux comptes, expliquant qu’ils «utilisaient des images de vrais américains sur leur profil».

Parmi ces tweets, l’un dit : «Oui JE SUIS NOIR ET JE VOTE POUR TRUMP ! Les gauchos ne vont pas aimer mais je m’en fous !!!», a publié un certain «Ted Katya » le 17 septembre. La publication a été partagée environ 6 000 fois et « likée» plus de 16 000.

D’autres comptes se sont plaints de la suspension de leurs comptes précédents : «Twitter a suspendu deux de mes autres comptes pour avoir soutenu Trump. Pouvez-vous me retweeter et me suivre ?»

«Nos équipes travaillent sans relâche pour enquêter sur cette activité»

« Nos équipes travaillent sans relâche pour enquêter sur cette activité et prendront des mesures conformément aux règlements de Twitter si les tweets sont en infraction», a déclaré le 13 octobre un porte-parole du réseau social.

En septembre, Twitter indiquait interdire formellement d’utiliser sa plateforme «pour amplifier artificiellement ou supprimer des informations, ou adopter un comportement qui manipule ou perturbe les expériences des personnes sur Twitter».

Eviter de nouveaux scandales

Les réseaux sociaux, notamment Twitter et Facebook, soulignent le travail qu'ils mènent pour éviter de nouveaux scandales tels que celui de Cambridge Analytica, entreprise accusée d’avoir utilisé des données de 30 à 70 millions d’utilisateurs de Facebook, recueillies sans leur consentement, afin d’influencer la campagne présidentielle de 2016 au profit de Donald Trump.

Les plateformes font désormais face à des micro campagnes de désinformation : publication de fausses nouvelles, faux comptes d’apparence crédible à l’instar de ceux qui ont été suspendus le 13 octobre. Les acteurs derrière ce genre de campagnes utilisent souvent des thèmes liés à l’actualité, qui passionnent l’opinion publique, comme la pandémie ou les mouvements Black Lives Matter («les vies noires comptent»), pour attirer rapidement le plus grand nombre de personnes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»