Université Soros : l'Union européenne met la pression sur la Hongrie

Université Soros : l'Union européenne met la pression sur la Hongrie© REUTERS/Bernadett Szabo
Une affiche représentant George Soros et Jean-Claude Juncker dans les rues de Budapest, en Hongrie.

L'UE a dénoncé les mesures du gouvernement Orban, qui s'inquiète de l'influence du milliardaire controversé dans le pays. En cause, des mesures ayant poussé l'Université d'Europe centrale, créée par George Soros, à déménager partiellement à Vienne.

Il s'agit d'un nouveau rebondissement dans le bras de fer qui oppose la Hongrie à l'Université d'Europe centrale (CEU), fondée par le milliardaire et philanthrope controversé George Soros. Ce 6 octobre, après une plainte de la Commission européenne, la Cour de Justice européenne a rappelé à l'ordre Budapest, jugeant discriminatoires les exigences imposées par la loi hongroise à l'établissement américain.

Créée en 1991 à l'initiative de George Soros à la chute de l'Union soviétique, l'Université d'Europe centrale se fixe pour objectif de former l'élite européenne. Mais cet établissement anglophone suscite l'inquiétude du Premier ministre Viktor Orban, farouche adversaire du milliardaire d'origine hongroise. En cause : ce dernier, connu pour ses activités controversées de philanthropie aux quatre coins du monde, a investi des millions de dollars ces dernières décennies en Hongrie et Viktor Orban l'accuse en particulier de soutenir l'immigration dans son pays. 

Dans un communiqué publié ce 6 octobre, le tribunal basé au Luxembourg estime que les conditions introduites par le gouvernement hongrois pour permettre aux établissements d’enseignement supérieur étrangers d’exercer leurs activités sur son territoire sont «incompatibles avec le droit de l’Union». La Cour de Justice de l'Union européenne demande ainsi à Budapest de se conformer à ses demandes.

«Trop tard», pour Soros 

Le même jour, le milliardaire a estimé que la condamnation de la Hongrie par la justice européenne, «arrive trop tard». 

«Nous ne pouvons pas retourner en Hongrie parce que ses lois ne remplissent pas les critères de la liberté académique», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Une loi hongroise d'avril 2017 oblige toute université étrangère implantée dans le pays à disposer d'un campus dans son pays de rattachement pour pouvoir délivrer des diplômes valides. Une décision accusée d'avoir été taillée sur mesure pour nuire à la CEU, qui se voit empêchée en l'état de délivrer des diplômes américains en Hongrie. Cette situation avait poussé une partie de l'établissement à déménager en Autriche fin 2019. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»