Le département d’Etat accuse Moscou de frapper l’opposition syrienne sans en fournir les preuves

Mark Toner © Capture d'écran de la video de RT
Mark Toner

En conférence de presse, le représentant du département d’Etat américain, Mark Toner, a blâmé la Russie pour avoir encore une fois bombardé l’opposition syrienne modérée. Il est resté sans voix à la question de RT lui demandant de le prouver.

«J’ai répété ce qu’ont déclaré mes collègues militaires», s’est contenté de répondre Mark Toner, à la question de la correspondante de RT Gayané Tchitchakyan qui lui a demandé d’étayer sa déclaration antérieure : «Nous n’avons vu aucune indication qu’ils [la Russie] frappent actuellement des cibles de Daesh».

Le représentant du département d’Etat a ajouté que ses collègues militaires avaient, selon lui, «une vision très claire de ce qu’a été frappé ou de ce qui n’a pas été frappé dans le nord de la Syrie et les régions où les attaques aériennes russes se déroulent».

Cependant, le ministère américain des Affaires étrangères n’est pas à même de confirmer ses propos par des preuves. Quand la correspondante de RT a demandé à Mark Toner de les fournir, le porte-parole du département d’Etat a répondu de façon évasive : «Il y a eu des préoccupations dès le début que ces frappes aériennes seraient effectuées contre l’opposition syrienne modérée, celle que nous soutenons et qui s’est battue vaillamment contre Bachar el-Assad depuis quatre ans».

Une confirmation patente des déclarations de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui a appelé le 6 octobre, lors d’une conférence de presse, les dirigeants occidentaux à «éviter des formulations vagues». «Si l’opération militaire russe en Syrie est une erreur, donnez-nous des faits concrets, parlez-nous. De cette manière, on forge l’opinion publique, les gens qui restent devant leurs écrans croient que c’est une erreur», a-t-elle déploré.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales