Mali : le président de transition investi, la Cedeao maintient ses sanctions

Mali : le président de transition investi, la Cedeao maintient ses sanctions© Amadou Keita Source: Reuters
images
Bah N'Daw, le nouveau président par intérim du Mali, prend la parole lors de la cérémonie d'inauguration à Bamako, le 25 septembre 2020.

Le nouveau président malien par intérim, Bah N'Daw, a été investi le 25 septembre avec pour mission la mise en place d'un pouvoir civil à travers l'organisation d'élections. La Cedeao a déclaré maintenir ses sanctions économiques pour l'heure.

Une nouvelle page a été tournée au Mali avec l'investiture le 25 septembre d'un chef de l'Etat par intérim, plus d'un mois après qu'un groupe de putschistes a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta.

Mali : le président de transition investi, la Cedeao maintient ses sanctions© Amadou Keita Source: Reuters
Le nouveau président par intérim du Mali, Bah N'Daw, assiste à la cérémonie d'investiture en compagnie du nouveau vice-président, le colonel Assimi Goita, à Bamako, le 25 septembre 2020.

Bah N'Daw, ancien ministre de la Défense (2014-2015) et colonel-major à la retraite âgé de 70 ans, a pris la tête du pays pour une période transitoire de plusieurs mois en vue de préparer des élections générales visant à rétablir un pouvoir civil. Lors d'une cérémonie officielle devant la Cour suprême, il a prêté serment dans la matinée du 25 septembre, accompagné par le colonel Assimi Goïta, 37 ans, chef de la junte militaire à l'origine du coup d'Etat.

Mali : le président de transition investi, la Cedeao maintient ses sanctions© Amadou Keita Source: Reuters
Le nouveau vice-président malien, le colonel Assimi Goïta, prête serment à côté du nouveau président par intérim, Bah N'Daw, lors de la cérémonie d'investiture à Bamako, le 25 septembre 2020.

L'ancien président nigérian Goodluck Jonathan, médiateur mandaté par la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), a assisté à la cérémonie. La Cedeao, qui devait décider de lever ou non ses sanctions à l'issue de cette double investiture, a finalement annoncé leur maintien – imposées à la suite du coup d'Etat militaire du 18 août –, refusant de se contenter de l'investiture d'un président de transition et insistant sur la nomination urgente d'un Premier ministre civil.

Les sanctions «seront levées lorsqu'un Premier ministre civil sera nommé», a expliqué le président de la Cedeao, Jean-Claude Kassi Brou, lisant un communiqué devant la presse. Le texte évoque «l'importance et l'urgence» de la nomination d'un Premier ministre civil.

Mali : le président de transition investi, la Cedeao maintient ses sanctions© Amadou Keita Source: Reuters
L'ancien président nigérian Goodluck Jonathan, à la tête d'une délégation de médiateurs de la Cedeao, assiste à la cérémonie d'investiture avec des responsables maliens à Bamako, le 25 septembre 2020.

Une affaire de quelques jours au maximum, a déjà fait savoir la junte qui garde jusqu'à présent le contrôle du processus, même si elle a été quelque peu contrainte de choisir rapidement un président civil de transition.

La Cedeao a en effet imposé un embargo sur les flux commerciaux et financiers avec le Mali deux jours après le coup d'Etat du 18 août pour obtenir un retour à l'ordre constitutionnel. La junte au pouvoir estime avoir fait l'essentiel en faisant prêter serment à Bah N'Daw en qualité de président d'une transition qui ramènerait les civils à la direction du pays au bout de plusieurs mois.

Mali : le président de transition investi, la Cedeao maintient ses sanctions© Amadou Keita Source: Reuters
Le nouveau président par intérim du Mali, Bah N'Daw, prête serment lors de la cérémonie d'investiture à Bamako, le 25 septembre 2020.

La Cedeao est critiquée pour sa sévérité à l'encontre du processus malien, tandis que certains la jugent moins intransigeante devant les agissements des présidents sortants, en Côte d'Ivoire ou en Guinée par exemple, pour briguer un troisième mandat.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»