«Je fais passer l'Amérique avant tout, vous devriez faire pareil chez vous», lance Trump à l'ONU

Après l'adoption de nouvelles sanctions unilatérales américaines, qui ont suscité des critiques de l'ONU, le président des Etats-Unis Donald Trump s'exprime en visioconférence devant l'Assemblée générale des Nations unies.

En visioconférence en raison de la pandémie de Covid-19, le président américain Donald Trump a pris la parole ce 22 septembre devant l'Assemblée générale de l'ONU.

Dès le début de son discours, le président américain s'en est pris à la Chine, qu'il a appelé à tenir «pour responsable de ses actes» dans la pandémie du Covid-19.

«Au début de la propagation du virus, la Chine a interdit les vols intérieurs tout en autorisant les avions à quitter la Chine et infecter le monde», a déclaré le locataire de la Maison Blanche dans un message préenregistré diffusé à l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU.

«Le gouvernement chinois et l'Organisation mondiale de la santé, qui est quasiment contrôlée par la Chine, ont déclaré à tort qu'il n'existait pas de preuve de transmission humaine» du virus, a-t-il ajouté.

«Les Nations unies doivent tenir la Chine pour responsable de ses actes», a-t-il martelé, au moment où les Etats-Unis étaient sur le point de franchir le cap des 200 000 morts.

Le président américain, qui visera le 3 novembre un deuxième mandat de quatre ans à la tête de la première puissance mondiale, a aussi prédit une sortie de crise chargée de promesses.

«Nous distribuerons un vaccin, nous vaincrons le virus, nous mettrons fin à la pandémie et nous en entrerons dans une nouvelle ère inédite de prospérité, de coopération et de paix», a-t-il ajouté.

Donald Trump a entre autre vanté l'action des Etats-Unis au Moyen-Orient et notamment sa contribution au processus de paix, notamment la signature des accords entre les Emirats arabes unis, Bahreïn et Israël. Il a qualifié cet accord «d'historique», assurant que de «nombreux autres pays du Moyen-Orient vont les rejoindre». «Ils savent que c'est formidable pour le monde entier», a-t-il ajouté, en appuyant le fait qu'il s'agissait d'un accord de paix «révolutionnaire», qui constitue «l'aube d'un nouveau Moyen-Orient».

L'Amérique d'abord

A la fin de son discours, relativement court, Donald Trump a rappelé son attachement au slogan devenu célèbre il y a quatre ans lors de la dernière campagne présidentielle - «America First» (L'Amérique d'abord en anglais, ndlr.). 

Le président américain a assumé faire passer les intérêts des Etats-Unis avant ceux des autres nations et conseille aux autres chefs d'Etat de faire de même pour leur pays. «C'est avec fierté que je fais passer l'Amérique avant tout, tout comme vous devriez faire passer vos pays avant tout», a-t-il déclaré. «Ce n'est que lorsque vous vous souciez de vos propres citoyens que vous jetez réellement des bases pour la coopération», a-t-il argumenté.



Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»