Moscou : les médias détournent l’esprit de la campagne militaire russe contre Daesh en Syrie

 Source: RIA NOVOSTI

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a consacré son point presse à «l’importante campagne d’information anti-russe» qui a suivi le début des opérations de l’aviation russe contre Daesh en Syrie.

«Depuis le début de l’opération anti-terroriste russe en Syrie, initiée à la demande du gouvernement syrien, les médias internationaux ont lancé une importante campagne d’information anti-russe», a déclaré, le 6 octobre, Maria Zakharova lors d’un point presse.

«Le schéma de ce qui se passe dans les médias aujourd’hui est très simple. […]La majorité déclare que le but de la Russie serait de détruire l’opposition modérée dans la région. On illustre ces déclarations par des photos d’archives ou par des photos ou des vidéos prises dans d’autres régions», a-t-elle expliqué.

Ainsi, Maria Zakharova a appelé les leaders occidentaux à «éviter des formulations vagues». «Si l’opération militaire russe en Syrie est une erreur, donnez-nous des faits concrets, parlez-nous. De cette manière, on forge l’opinion publique, les gens qui restent devant leurs écrans croient que c’est une erreur», a-t-elle précisé.

Elle a aussi précisé qu’il ne s’agissait pas seulement des médias. La porte-parole a aussi critiqué les chancelleries occidentales, et notamment américaine, qui ne sont pas sûres des faits qu’elles avancent et ne cherchent pas à lever leur doutes en demandant des explications aux gouvernement russe.

«C’est le ministre américain de la Défense, Ashton Carter, qui réagit de cette manière. L’un des responsables importants du ministère de la Défense utilise les mots «probablement», «peut-être» et «il semble que» pour évoquer les actions russes. Je veux dire qu’il ne s’agit pas du ministère de la culture, du sport ou du tourisme. On parle du ministère de la Défense», a-t-elle mis en évidence.

Lire aussi : Qui se trouve derrière les sources accusant la Russie de frapper l'opposition en Syrie?

De plus, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a précisé que les accusations portant sur les morts civiles en Syrie provoquées par les frappes russes n’étaient que de la «propagande pure».

«Si vous montrez un garçon qui apporte du pain à sa famille qui se cache à cause des bombardements russes, montrez aussi un garçon dont les parents ont été décapités par les terroristes de Daesh et contre lesquels nos soldats procèdent à des frappes dans la région», a souligné Maria Zahkarova.

En savoir plus : Une guerre d’information ? La Russie accusée du meurtre de civils en Syrie

Le 1er octobre, le président russe Vladimir Poutine avait déjà dénoncé les propos des médias qui affirmaient que la Russie tuait des civils en Syrie. Le chef de l’Etat russe avait ironisé en affirmant que cette information avait été publiée avant que les avions russes n’aient décollé.

Pourtant, Maria Zakharova a appelé de nouveau à la coopération pour laquelle la Russie est prête.

«Le niveau d’ouverture que le ministère de la Défense a montré ces derniers temps, notamment en ce qui concerne le conflit syrien, est sans précédent. Nous sommes ouverts aux contacts avec des experts militaires et s’il y a des inquiétudes nous sommes prêts à y répondre», a-t-elle précisé en faisant allusion aux nombreux points presse que les différents ministères russes tiennent depuis quelques temps et aux vidéos diffusés par le ministère de la Défense.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales