Les chefs religieux saoudiens appellent au djihad contre la Russie

© Ahmad Masood Source: Reuters

Plus d’une cinquantaine de religieux saoudiens, partisans du départ de Bachar el-Assad, ont demandé aux pays arabes d’apporter un soutien «moral, matériel et militaire» au «djihad» contre la Russie, l’Iran et l'armée gouvernementale syrienne.

Selon une pétition diffusée en ligne, signée par 53 membres du clergé saoudien, les frappes aériennes russes ont visé des «combattants de la guerre sainte en Syrie» dans le cadre d’une croisade chrétienne orthodoxe en terre d’islam. D’après eux, «les combattants de la guerre sainte en Syrie défendent la nation musulmane dans son ensemble» et s'ils sont vaincus, «les pays de l'islam sunnite tomberont tous, les uns après les autres». Pour cette raison, ils appellent les musulmans à apporter leur soutien au «djihad» contre la Russie, l’Iran et le président Bachar el-Assad.

L’opération aérienne russe qui a commencé le 30 septembre et qui a déjà entraîné la destruction de plus de 60 cibles terroristes a été comparée à l’opération soviétique en Afghanistan, en 1979, par ces mêmes membres du clergé.

Selon les déclarations officielles, les religieux ne sont pas liés au gouvernement de l’Arabie saoudite mais leur position reflète l’état d’esprit de nombreux habitants des pays qui soutiennent la lutte contre le président Bachar el-Assad.

Parallèlement à cet appel, certains groupes de l’opposition syrienne, y compris Ahrar al-Sham (Mouvement islamique des hommes libres du Sham) et l’Armée syrienne libre ont publié une lettre qui appelait aussi les pays de la région à la lutte commune contre «l’occupation russo-iranienne de la Syrie».

Le 5 octobre, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a déclaré que Moscou n'effectuait pas de frappes contre l'Armée syrienne libre puisqu’elle n’était pas une organisation terroriste. Pourtant, il l’a qualifiée de «structure fantôme». «On ne sait rien sur elle», a précisé le ministre russe des Affaires étrangères avant de préciser, néanmoins, que Moscou avait la volonté d’établir des contacts avec l’Armée syrienne libre «[…] s’il s’agit d’un groupe patriote composé de Syriens». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales