«Impardonnable» : Khamenei fustige la republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo

- Avec AFP

«Impardonnable» : Khamenei fustige la republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo Source: Reuters
L'ayatollah Ali Khamenei lors du discours télévisé à l'occasion du nouvel an iranien

La réédition de caricatures de Mahomet, le prophète de l'islam, par le journal satirique français Charlie Hebdo est un grand péché impardonnable, a jugé le guide suprême d'Iran, Ali Khamenei.

Pour marquer l'ouverture, le 2 septembre, du procès à Paris des attentats djihadistes contre Charlie Hebdo, des policiers et la supérette Hypercacher ayant fait 17 morts en janvier 2015, l'hebdomadaire satirique a publié une nouvelle fois en une les caricatures de Mahomet. Celles-ci ayant fait de l'hebdomadaire une cible des djihadistes.

Le guide suprême iranien Ali Khamenei a vivement critiqué le geste qu'il a qualifié d'«impardonnable». «Le grand péché impardonnable d'une publication française ayant insulté le visage radieux et saint du grand Prophète révèle une fois de plus l'hostilité et la rancune vicieuse des institutions politiques et culturelles du monde occidental envers l'islam et la communauté musulmane», a écrit l'ayatollah Khamenei dans un communiqué. 

«Le prétexte de la liberté d'expression invoqué par certains hommes politiques français pour ne pas condamner ce grand crime doit être rejeté comme erroné et démagogique», a-t-il ajouté sans plus de détails. Rappelons que ridiculiser ou insulter Mahomet est passible de la peine de mort en République islamique d'Iran.

Le président français Emmanuel Macron s'était exprimé en défense de la rédaction de Charlie Hebdo. Selon le président «il y a (...) en France une liberté de blasphémer qui est attachée à la liberté de conscience». «Je suis là pour protéger toutes ces libertés», avait-il déclaré.

La plupart des journaux conservateurs et ultra-conservateurs iraniens avaient réagi à ces propos en faisant un rapprochement avec la loi française qualifiant de délit la négation de la Shoah, pour dénoncer une politique de deux poids deux mesures. L'Iran avait condamné, en janvier 2015, l'attentat contre Charlie Hebdo, jugeant toutefois que ces dessins étaient «une insulte» envers les musulmans.

Avant le guide suprême, les affaires étrangères iraniennes avaient condamné comme «une provocation et une insulte» à l'encontre des musulmans du monde entier la nouvelle parution des caricatures.

Pour Ali Khamenei, la décision de les republier «pourrait également être destinée à détourner l'esprit des nations et des gouvernements du Proche et du Moyen-Orient des plans sinistres que les Etats-Unis et le régime sioniste (Israël, ndlr) ont en tête pour cette région».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»