Bulgarie : une manifestation anti-corruption visant le gouvernement dégénère

- Avec AFP

Bulgarie : une manifestation anti-corruption visant le gouvernement dégénère© STOYAN NENOV Source: Reuters
Des manifestants anti-gouvernementaux s'en prennent à un véhicule des forces de l'ordre à Sofia, Bulgarie, le 2 septembre 2020.

Depuis deux mois, les Bulgares manifestent pour exiger la démission du Premier ministre et du procureur général qu'ils accusent de corruption, leur reprochant «être liés à l'oligarchie». Une mobilisation dans la nuit du 2 au 3 septembre a dégénéré.

Le Premier ministre conservateur bulgare Boïko Borissov compte rester au pouvoir, après les violences qui ont entaché la soirée du 2 au 3 septembre, les manifestations anticorruption secouant depuis deux mois le pays. «Après les excès d'hier, nous ne démissionnerons pas, parce que cela voudrait dire que n'importe quel gouvernement devrait céder devant la pression des casseurs», a déclaré au parlement un responsable du Gerb, la formation au pouvoir, Toma Bikov.

D'après la police, 126 personnes dont 62 connues des forces de l'ordre ont été interpellées lors de cette mobilisation. 80 policiers ont été blessés et les agents de maintien de l'ordre a eu recours de manière inédite à des aérosols au gaz poivre afin de disperser les manifestants.

«Certains protestataires, dont des supporters de football ultras, ont agressé brutalement [la police]», a regretté Gueorgui Hadjiev, responsable des forces de l'ordre de la capitale. «Ils l'ont attaquée avec des moyens pyrotechniques, des bombes artisanales, des pierres et des pavés», a-t-il ajouté.

Certains des protestataires ont été encerclés et frappés, selon un photographe travaillant pour l'AFP et qui a été lui-même blessé.

Restés impuissants face aux débordements, les organisateurs des manifestations ont évoqué «des provocations», leurs appels au calme n'ayant pas été entendus.

Les manifestants réclament la démission du gouvernement Borissov et du procureur général Ivan Guechev auxquels ils reprochent d'«être liés à l'oligarchie».

Le mercredi 2 septembre, le gouvernement a obtenu l'aval du parlement pour lancer un projet controversé de réécriture de la constitution. Ce projet a été interprété par les protestataires comme une manœuvre permettant au Premier ministre de se maintenir au pouvoir jusqu'à l'échéance de son mandat en 2021.

Dans une déclaration au parlement, le parti conservateur de Boïko Borissov a accusé un magnat des jeux de hasard, Vassil Bojkov, d'avoir payé des casseurs. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»