Une intervention russe en Biélorussie serait «le pire» qui puisse arriver, estime Emmanuel Macron

Une intervention russe en Biélorussie serait «le pire» qui puisse arriver, estime Emmanuel Macron© Daniel Cole Source: Reuters
Emmanuel Macron le 11 août 2020 au fort de Brégançon (image d'illustration)

Emmanuel Macron a fait savoir ce 28 août que, selon lui, une «intervention russe» serait «le pire» qui puisse arriver à la Biélorussie. Il a néanmoins dit vouloir «engager la Russie dans un dialogue» sur la situation dans le pays.

Une intervention russe en Biélorussie n'est pas souhaitable, a prévenu ce 28 août Emmanuel Macron lors d'une rencontre avec 70 journalistes de l'Association de la presse présidentielle à Paris. Ce serait même, selon lui, «le pire» qui puisse arriver à ce pays en crise puis la réélection contestée du président Alexandre Loukachenko.

«Toute intervention extérieure en Biélorussie [...] conduirait à internationaliser cette question», et «le pire est l'intervention russe», a ainsi déclaré le chef de l'Etat, selon une retranscription de l'AFP. Il a à ce sujet précisé avoir «eu l'occasion de le dire au président Poutine».

«Notre volonté c'est d'engager la Russie dans un dialogue sur la Biélorussie et de nous aider à convaincre le président Loukachenko de la nécessité d'une médiation OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe)», a également fait savoir Emmanuel Macron.

Avec la chancelière allemande Angela Merkel, «nous ne voulons pas avoir la réitération de ce qui s'est passé en Ukraine», a encore estimé le président français.

Le 27 août, le président russe Vladimir Poutine a annoncé la constitution d'une «réserve» d'agents des forces de l'ordre russes destinée à aider les autorités biélorusses si la situation venait à dégénérer dans ce pays, conformément à la promesse d'aide formulée mi-août par Moscou. «Alexandre Grigoriévitch [Loukachenko] m'a demandé de constituer une certaine réserve d'agents des forces de l'ordre et je l'ai fait», a déclaré le chef d'Etat russe, ajoutant immédiatement qu'il espérait «ne pas en arriver à cette nécessité». Vladimir Poutine soulignait que cette réserve était constituée dans le cadre de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) – organisation politico-militaire destinée à garantir la sécurité dans la région – ou dans le cadre du traité concernant l'union de la Russie et de la Biélorussie.

Le 18 août, le président russe avait, en amont du sommet européen consacré à la situation biélorusse, mis en garde Emmanuel Macron, Angela Merkel, et le président du Conseil européen, Charles Michel, contre toute ingérence extérieure dans le pays. «L'ingérence dans les affaires intérieures de la Biélorussie» et la «pression extérieure sur les dirigeants biélorusses» sont «inacceptables», leur avait-il notamment fait savoir. 

L'annonce de la réélection d'Alexandre Loukachenko a déclenché dès le 9 août des manifestations dans toutes les grandes villes de Biélorussie, qui se sont renouvelées depuis. La police a réagi en procédant à des milliers d'arrestations dans les soirs qui ont suivi le scrutin. Des personnes libérées ont témoigné à l'AFP de privation d'eau ou de nourriture durant leur détention, ou encore de passages à tabac. L'AFP dénombre également trois morts dus à la répression des manifestations.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»