Bombardement de Gaza, renforcement du blocus : Israël annonce avoir répliqué aux actions du Hamas

- Avec AFP

Bombardement de Gaza, renforcement du blocus : Israël annonce avoir répliqué aux actions du Hamas© Mohammed Shana Source: Reuters
De la fumée épaisse s'élève dans le ciel après une frappe israélienne ciblée à Gaza, le 28 août 2020.

Dans un climat d'hostilités répétées entre l'Etat hébreu et le Hamas, Israël a annoncé avoir effectué un bombardement ciblé et renforcé son blocus sur Gaza, enclave de deux millions d'habitants, dont la moitié vivent sous le seuil de pauvreté.

L'armée israélienne a bombardé ce 28 août au matin la bande de Gaza, affirmant répondre à de nouveaux tirs de roquettes du Hamas, dans un climat pour le moins tendu après trois semaines d'échanges de tirs quasi-quotidiens.

Comme le rapporte l'AFP, «des jets de combat et des tanks israéliens» ont frappé, tôt dans la matinée, des positions du Hamas en représailles, selon l'armée, aux lancers de ballons incendiaires qui se multiplient depuis le début du mois de l'enclave palestinienne vers Israël. Puis, les sirènes ont retenti dans des villes du sud d'Israël et l'armée israélienne a fait état de tirs de roquettes depuis Gaza vers son territoire.

Le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, a revendiqué ces frappes, affirmant dans un communiqué qu'il s'agissait d'une «réponse directe à l'escalade de l'occupation israélienne». Dans la foulée, Tsahal a de nouveau bombardé Gaza, visant selon elle «d'autres cibles militaires du Hamas», incluant des sites de «fabrication d'armes».

«Six roquettes ont été tirées depuis Gaza vers Israël ce matin. En réponse, notre aviation vient de frapper des cibles militaires du Hamas à Gaza, y compris un site de fabrication d'armes», peut-on lire sur la version française du compte Twitter de l'armée israélienne.

Des témoins dans la bande de Gaza ont fait état de frappes israéliennes près de la ville de Gaza et dans le centre de cette enclave de deux millions d'habitants, dont la moitié vivent sous le seuil de pauvreté.

«Le matin commence à Gaza avec les bombardements israéliens», a par exemple commenté l'influenceur palestinien Muhammad Smiry, photos à l'appui d'épaisses fumées grises s'élevant dans le ciel.

Renforcement du blocus de Gaza

En réponse aux ballons incendiaires qui, selon une compilation des bilans des services des pompiers, auraient déclenché plus de 400 incendies en Israël, l'Etat hébreu a aussi resserré son blocus de Gaza en fermant le point de passage de marchandises de Kerem Shalom et en stoppant les livraisons de carburant à ce territoire palestinien, ce qui a obligé la seule centrale électrique de la bande de Gaza à fermer.

Ces nouveaux échanges de tirs interviennent après le passage cette semaine à Gaza de l'émissaire du Qatar pour ce territoire palestinien Mohammed El-Emadi, qui y avait rencontré la direction locale du Hamas, et avait aussi rencontré des responsables israéliens à Tel-Aviv, selon des sources proches du dossier.

Le Hamas et Israël, qui se sont livré trois guerres (2008, 2012, 2014), étaient parvenus l'an dernier à un accord de trêve, conclu par le biais de l'ONU, de l'Egypte et du Qatar, ce qui n'a pas empêché des échanges de tirs, voire des escalades militaires. L'accord prévoit l'octroi d'une aide financière mensuelle à Gaza par le Qatar, mais aussi une série de mesures économiques – comme l'extension d'une zone industrielle locale et l'octroi de permis de travail israéliens à des Gazaouis – afin de réduire la pauvreté et de stabiliser ce territoire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»