Mali : un chef de la mutinerie affirme que le président Keïta et le Premier ministre ont été arrêtés

- Avec AFP

Mali : un chef de la mutinerie affirme que le président Keïta et le Premier ministre ont été arrêtés© Luc Gnago Source: Reuters
Un soldat malien le 10 août 2018 à Bamako (image d'illustration).

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre, Boubou Cissé, ont été «arrêtés» ce 18 août en fin d'après-midi à Bamako par des militaires en révolte, a affirmé à l'AFP un des chefs de la mutinerie.

«Nous pouvons vous dire que le président et le Premier ministre sont sous notre contrôle. Nous les avons arrêtés chez lui» [au domicile du chef de l'Etat], a déclaré à l'AFP un militaire se présentant comme un chef de la mutinerie qui se déroule depuis le matin du 18 août dans une garnison en banlieue de Bamako. Il a requis l'anonymat.

«IBK [le président Keïta] et son Premier ministre sont dans un blindé en route pour Kati», le camp militaire de la banlieue de Bamako où la mutinerie a débuté dans la matinée, a affirmé une autre source militaire dans le camp des mutins.

Dans ce contexte tendu et alors que la France a condamné la mutinerie, le président français Emmanuel Macron a expliqué s'être entretenu de la crise qui s'est déclenchée avec le président Ibrahim Boubacar Keïta et ses homologues nigérien Mahamadou Issoufou, ivoirien Alassane Ouattara et sénégalais Macky Sall, et a exprimé «son plein soutien aux efforts de médiation en cours de la CEDEAO», a fait savoir l'Elysée.

Plus tôt, le gouvernement malien a demandé aux militaires de «faire taire les armes», se disant prêt à engager avec eux un «dialogue fraternel afin de lever tous les malentendus», a indiqué dans un communiqué le Premier ministre malien Boubou Cissé. «Les mouvements d'humeur constatés traduisent une certaine frustration qui peut avoir des causes légitimes», a estimé le chef du gouvernement dans ce communiqué, première réaction des autorités maliennes aux troubles qui secouent la capitale depuis le début de la matinée. La France, elle, «condamne avec la plus grande fermeté» la «mutinerie» engagée et «réaffirme avec force son plein attachement à la souveraineté et à la démocratie maliennes», selon une déclaration du ministre des Affaires étrangères.

Le Mali est confronté à une crise socio-politique qui préoccupe la communauté internationale, dont les médiations n'ont jusqu'ici pas abouti. Depuis juin, une coalition hétéroclite – la plus importante depuis le coup d’Etat de 2012 – d’opposants politiques, de guides religieux et de membres de la société civile multiplie les manifestations pour réclamer le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta, accusé de mauvaise gestion.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»